Cet article date de plus de quatre ans.

Donald Trump : "Je suis le candidat de la loi et de l’ordre"

Dans un long discours prononcé jeudi soir à Cleveland aux Etats-Unis, le candidat républicain à la Maison Blanche a promis à l’Amérique ordre et sécurité.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
 (Donald Trump, candidat républicain à la Maison Blanche, a promis à l'Amérique ordre et sécurité © REUTERS / Aaron Bernstein)

Donald Trump a accepté jeudi soir sa nomination comme candidat républicain à la présidentielle américaine de novembre prochain. Et cette fois, c'est un Donald Trump différent de la campagne qui a parlé pendant plus d'une heure à Cleveland. Il a accepté humblement la nomination, est à peine sorti du discours prévu, discipliné comme on ne l'avait encore jamais vu. Donald Trump n'a pas fait le spectacle, il a endossé le costume de président et celui du candidat de "la loi et l'ordre ".

A LIRE AUSSI ►►►Mike Pence investi colistier de Donald Trump, "pour compenser..."

"Les attaques contre notre police et le terrorisme dans nos villes menacent notre mode de vie. L’homme politique qui ne comprend pas ce danger ne mérite pas de diriger notre pays" a déclaré Donald Trump.

"C’est bientôt, très bientôt la fin du crime et de la violence qui affectent notre nation" : Donald Trump à Cleveland
écouter

 "Beaucoup ont été témoins personnellement de cette violence, certains ont même été victimes" , a ajouté le candidat à la Maison Blanche qui sera opposé à Hillary Clinton.

Le candidat républicain a fait une promesse.

 "C’est bientôt, très bientôt la fin du crime et de la violence qui affectent notre nation. A partir du 20 janvier 2017, la sécurité sera restaurée. Dans cette course à la Maison blanche, je suis la candidat de la loi et l'ordre."

Donald Trump donne des chiffres, des statistiques et prononce un discours presque scolaire. Un discours pour dire que la situation est grave, que le pays ne va pas bien, et que lui, va pouvoir arriver à rendre à l'Amérique sa grandeur.

Une cible principale : Hillary Clinton

Depuis le début de la Convention, Hillary Clinton est la cible principale et c'est encore elle qui a été citée jeudi soir. Hillary Clinton et l'affaire des emails, Hillary Clinton et ses mauvais instincts, ses mauvais jugements en tant que secrétaire d'État... La foule scande alors "lock her up" (enfermez-là ndlr), Donald Trump fait une pause et répond "battons-là en novembre prochain". Avant d'attaquer le bilan d'Hillary Clinton.

"Après 15 ans de guerres au Moyen-Orient, après des milliards de dollars dépensés et des milliers de vies perdues, la situation est plus grave qu’elle ne l’a jamais été. C’est ça, l’héritage d’Hillary Clinton : la mort, la destruction, la faiblesse. Mais l’héritage d’Hillary Clinton n’est pas l’héritage de l’Amérique."

 

Les attaques contre Hillary Clinton, c’est un thème qui marche très bien depuis le début de cette convention. "Elle est la marionnette des grands financiers. Ce sont eux qui tirent les ficelles. Avec Hillary, les choses ne changeront jamais ", martèle le candidat Trump

Donald Trump se présente comme un candidat, depuis le début

Donald Trump se présente comme un candidat différent, qui n’est pas un politicien, qui a construit sa fortune seul et qui ne ment pas, et ce depuis un an, depuis que sa fille a lancé sa campagne. "Ici à notre Convention, il n’y aura pas de mensonge. Nous honorerons le peuple avec la vérité et rien que la vérité" martèle Trump  l’honnête, Trump le candidat vrai. Pendant toute la semaine, les discours de sa famille voulaient montrer le côté humain du milliardaire impitoyable, qu’il était proche des gens et qu’il les comprenait.

"Je suis votre voix. Mon adversaire demande à ses supporters de faire une promesse qui tient en 3 mots : 'je suis avec elle'. Je choisis de faire une autre promesse. Ma promesse 'je suis avec vous. Le peuple américain. Je suis votre voix"".

 

Donald Trump, le candidat de "la loi et l'ordre"
écouter

Lors de son discours, pour la première fois, Donald Trump a fait preuve d’empathie. Il s’est adressé à tous les Américains : les noirs, les latinos, les gays, qu’ils votent Républicains ou pas. L’homme d’affaires a même fait un appel du pied aux démocrates.

"Des millions d’entre eux rejoindront le mouvement" , a-t-il dit, surtout ceux qui ont voté Sanders. Le nom de l’ex-candidat démocrate a été cité autant de fois que celui du colistier de Donald Trump ! À la fin du discours, 125 000 ballons rouge blanc bleu ont été lâchés sur la foule. Trump n’a pas fait son show mais il aura eu droit à son slogan repris en chanson.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.