Deux anciens dirigeants khmers rouges condamnés à la perpétuité pour "génocide"

C'est la première fois que le "génocide" khmer rouge, qui a fait près de deux millions de morts dans les années 1970, est reconnu par le Tribunal international installé à Phnom Penh, au Cambodge.

Des journalistes observent l\'ancien leader Khmer rouge Khieu Samphan qui attend son verdict à Phnom Penh (Cambodge), le 16 novembre 2018.
Des journalistes observent l'ancien leader Khmer rouge Khieu Samphan qui attend son verdict à Phnom Penh (Cambodge), le 16 novembre 2018. (TANG CHHIN SOTHY / AFP)

Un verdict historique pour le Cambodge. Les deux plus hauts dirigeants khmers rouges encore en vie ont été condamnés vendredi 16 novembre à Phnom Penh, la capitale, par le tribunal parrainé par l'ONU à la prison à vie pour "génocide". Le régime des Khmers rouges est responsable de la mort près de deux millions de personnes entre 1975 et 1979, dans un pays qui comptait à l'époque 8,5 millions de personnes.

L'idéologue du régime, Nuon Chea, 92 ans, et le chef de l'Etat du "Kampuchéa démocratique", Khieu Samphan, 87 ans, avaient déjà été condamnés à la perpétuité en 2014 pour "crimes contre l'humanité".

Ils voulaient "établir une société athée et homogène"

C'est la première fois que le tribunal international parrainé par l'ONU juge que les exactions commises entre 1975 et 1979 au Cambodge constituent "un génocide" au regard du droit international. La chambre a jugé que "le crime de génocide était établi" à l'égard des Vietnamiens, de la communauté musulmane cham et d'autres minorités religieuses et qu'il visait à "établir une société athée et homogène (en) supprimant toutes les différences ethniques, nationales, religieuses, raciales, de classe et culturelles".