Cet article date de plus de dix ans.

Des véhicules des forces du CNT ont pénétré samedi dans le sud de Syrte, ville natale de Kadhafi.

Une centaine de véhicules du Conseil national de Transition ont pénétré dans la région de Syrte. La prise de la ville côtière de Syrte permettrait au CNT de proclamer "la libération totale du pays".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (AFP - Colin Summers)

Une centaine de véhicules du Conseil national de Transition ont pénétré dans la région de Syrte. La prise de la ville côtière de Syrte permettrait au CNT de proclamer "la libération totale du pays".

Il s'agit d'une des offensives les plus importantes lancées par les soldats du nouveau régime contre la ville côtière, à 450 km à l'est de la capitale Tripoli qui est tombée, elle, le 23 août. Les hommes du CNT ont précisé que leurs adversaires tenaient le centre de conférences Ouagadougou, où Kadhafi aimait à recevoir les chefs d'Etat étrangers, ainsi que l'université et l'hôpital, transformés en points d'appui d'où ils tirent sur les assaillants.

Les forces des autorités de transition en Libye ont également réussi à prendre le contrôle d'un important axe routier à Syrte. De violents combats à l'arme automatique faisaient rage dans le centre de ce bastion de l'ancien régime. Venus du front Est, les combattants du Conseil national de transition (CNT, ex-rébellion) ont réussi à prendre le contrôle de cette longue avenue à deux voies, qui contrôle l'accès au sud de Syrte, et peuvent ainsi progresser plus facilement dans la ville.

Des civils perdus entre les deux camps

La population a rapidement été prise entre deux feux. Privée de tout, elle fuit Syrte depuis le début des combats. Cet exode se poursuit toujours. "On ne sait même plus qui nous tire dessus", a déclaré l'un de ces réfugiés, Milad Abdoul Rahim. "Tout le monde tire à l'aveuglette." Un autre, Hassan Massoud, a expliqué qu'il avait décidé de partir quand la maison de son voisin a été atteinte par un obus. "La maison s'est effondrée sur ses occupants. Il y a eu deux morts."

Avec la ville de Bani Walid, dans le désert à 150 km au sud-est de Tripoli, Syrte est le dernier bastion des fidèles de Kadhafi. On ignore où l'ancien numéro un libyen, au pouvoir pendant 42 ans, a trouvé refuge.

L'émissaire des Nations unies en Libye, Ian Martin, a exhorté vendredi les forces du CNT à ne pas exercer de représailles contre les partisans de l'ancien Guide tombés entre leurs mains.
Les responsables du CNT pensent que Mouammar Kadhafi ne se trouve pas à Syrte mais plus au sud, dans le Sahara.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.