Cet article date de plus d'onze ans.

Des millions d'Hindous dans les eaux du Gange pour l'une des plus grandes fêtes religieuses au monde

Depuis le 14 janvier et jusqu'au 28 avril 2010, se déroule à Haridwar, dans le nord de l'Inde, la Kumbh (qui signifie "pot") Mela ("de façon honnête"). Un pèlerinage hindouiste organisé tous les 3 ans qui réunit plus de 3 millions de pratiquants.Mercredi 14 avril est le jour du "principal bain royal" du Kumbh Mela.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Pélerins Hindous sur les bords de la rivière du Gange à Haridwar pendant le festival Kumbh Mela le 13 avril (AFP / PHOTO PEDRO UGARTE)

Depuis le 14 janvier et jusqu'au 28 avril 2010, se déroule à Haridwar, dans le nord de l'Inde, la Kumbh (qui signifie "pot") Mela ("de façon honnête"). Un pèlerinage hindouiste organisé tous les 3 ans qui réunit plus de 3 millions de pratiquants.

Mercredi 14 avril est le jour du "principal bain royal" du Kumbh Mela.

Les trois grands premiers rassemblements pour les bains rituels se sont déjà tenus en janvier, février et mars. Le dernier bain royal se tient le 14 avril.

La date, choisie par les astrologues, est le jour du "principal bain royal" du "Kumbh Mela", un festival haut en couleurs de 104 jours qui permet aux hindous de se laver de leurs péchés et d'interrompre le cycle de la réincarnation en s'immergeant dans le Gange.

La "Kumbh Mela" commémore une bataille de la mythologie hindoue entre les dieux et les démons se disputant une cruche remplie du nectar de l'immortalité. Lors de la bataille, quelques gouttes tombèrent dans quatre endroits différents: les villes d'Allahabad, Haridwar, Ujjain et Nasik. Le "Kumbh Mela" alterne entre ces quatre villes.

"Etre ici pour le jour du principal bain royal, c'est le temps fort de ma vie", résumait Nikunj Beriwal, 51 ans.

Après avoir voyagé dans des camions, des bus et des trains bondés, des familles entières représentant toutes les castes et tribus de la société indienne se pressaient sur le site de 130 km2 dans une ambiance de ferveur religieuse.

Des centaines de "Naga Sadhous" (qui signifie « saint hommes »), des ascètes qui se considèrent comme les gardiens de la foi hindoue et qui vivent reclus dans les montagnes de l'Himalaya, ont entrepris leur bain rituel dans un même élan, brandissant des tridents, des épées et des crosses avant de se jeter dans l'eau fraîche et remuante.

Nus et couverts de cendres, ces hommes, qui ne vivent que pour la méditation, arborent en outre de longues barbes et des "dreadlocks".On considère généralement qu'ils forment 0,5 % de la population indienne, soit quatre à cinq millions de personnes. Des milliers de spectateurs, dont des touristes étrangers, assistaient à leur bain.

"C'est déroutant, chaotique et merveilleux", s'enthousiasmait Peter Hans, un Allemand de 22 ans.

D'importantes forces de police étaient présentes sur les lieux, notamment aux abords des ponts enjambant le Gange. Quelque 16.000 policiers ont été mobilisés pour prévenir les bousculades.
Des dizaines de pèlerins avaient été piétinés en 2003.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.