Cet article date de plus de sept ans.

Des manifestants protestent devant l'ambassade de France à Rabat

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté dans le calme mardi après-midi devant l'ambassade de France à Rabat, pour protester contre des propos "blessants" sur le royaume attribués à un diplomate français en 2011. Par ailleurs, des plaintes déposées à Paris contre un haut responsable marocain de la sécurité ont également jeté un coup de froid entre Paris et Rabat.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

La petite phrase daterait de 2011. Selon l'acteur espagnol Javier Bardem, qui produit un documentaire sur le Sahara occidental le diplomate français aurait expliqué : le Maroc est une "maîtresse avec laquelle on dort toutes les nuits, dont on  n'est pas particulièrement amoureux mais qu'on doit défendre ".

D'après le journal Le Monde , l'auteur de cette phrase n'est autre que l'ambassadeur auprès des Nations unies, où Paris est un soutien traditionnel de Rabat sur le dossier du Sahara, une ex-colonie espagnole contrôlée par le Maroc mais revendiquée par des indépendantistes.

Cette phrase, démentie par le Quai d'Orsay, a choqué les Marocains. Des propos qualifiés de scandaleux et inadmissibles par Rabat. Ce mardi, plusieurs milliers de personnes ont défilé dans le calme devant l'ambassade de France à Rabat. "Nous demandons à la France de présenter des excuses ", a expliqué une manifestante.

L'Elysée appelle le roi

Autre sujet de tension entre les deux pays, la descente effectuée jeudi dernier par des policiers à Paris à la résidence de son ambassadeur pour convoquer le Directeur général de la surveillance du territoire (DGST), Abdellatif Hammouchi.

Cette convocation émanant d'un juge n'est pas passée par les canaux diplomatiques ce qui a là aussi provoqué la colère des autorités marocaines. Pour tenter d'apaiser les tensions, François Hollande a contacté lundi soir le roi du Maroc, l'assurant de "l'amitié constante " de la France. L'entretien téléphonique était destiné à "dissiper les malentendus " et s'est déroulé "dans une tonalité de confiance ", a expliqué mardi la présidence française.  

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.