Cet article date de plus de dix ans.

Des centaines de femmes palestiniennes et israéliennes ont manifesté samedi de chaque côte du checkpoint de Kalandia

"Abou Mazen n'hésite pas, nous sommes avec toi", "Israël dehors, dehors, Palestine Etat indépendant", ont scandé les manifestantes palestiniennes au principal passage entre Jérusalem et Ramallah en Cisjordanie occupée.Le président palestinien Mahmoud Abbas a annoncé vendredi q'il déposerait le 23 septembre la demande d'un Etat palestinien à l'ONU.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des femmes israéliennes et palestiniennes de chaque côté du checkpoint de Kalandia, le 17 septembre 2011 (AFP/MARCO LONGANI)

"Abou Mazen n'hésite pas, nous sommes avec toi", "Israël dehors, dehors, Palestine Etat indépendant", ont scandé les manifestantes palestiniennes au principal passage entre Jérusalem et Ramallah en Cisjordanie occupée.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a annoncé vendredi q'il déposerait le 23 septembre la demande d'un Etat palestinien à l'ONU.

Les manifestantes sont venues de Ramallah, le siège de l'Autorité palestinienne, de Jérusalem et de Bethléem en Cisjordanie, à l'appel d'associations pro-palestiniennes et de mouvements féministes et anticolonisation israéliens. Les manifestantes étaient rassemblées, séparément, sous le slogan , "Les femmes veulent une Palestine indépendante".

Le mouvement anticolonisation israélien, Sheikh Jarrah Solidarity Movement a indiqué que ces manifestations "en faveur de la justice sociale pour les deux nations et pour se libérer de l'oppression et de l'humiliation (...) sont dans l'esprit des manifestations sociales qui ont déferlé sur Israël".

"Après deux décennies d'échec des négociations, il est temps que la communauté internationale, y compris Israël, reconnaisse la Palestine comme un Etat indépendant à côté d'Israël", a-t-il souligné dans un communiqué.

Les rassemblements se sont déroulés dans le calme.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.