Cet article date de plus de sept ans.

Des blindés français se déploient devant l'aéroport de Bangui

Des blindés français se sont déployés mercredi après-midi devant l'entrée de l'aéroport de Bangui en Centrafrique. Des tirs dans les quartiers voisins ont provoqué un vent de panique et la fuite de centaines de personnes. 
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Rebecca Blackwell /AP/SIPA)

Une dizaine de véhicules blindés français se sont déployés
devant l'entrée de l'aéroport de Bangui ce mercredi après-midi. C'est dans
l'aéroport que les forces françaises de l'opération Sangaris et africaines de
la Misca sont installées.

Des tirs d'origine indéterminée ont éclaté à proximité de
l'aéroport et se sont intensifiés  à
proximité de l'aéroport. Dans les quartiers voisins, des centaines d'habitants
fuyaient vers le sud en direction du centre-ville de Bangui.

Selon les premiers témoignages les tirs à l'arme automatique
et notamment à la mitrailleuse lourde ne visent pas spécifiquement l'aéroport.
Ils font suite à de nombreux incidents tout au long de la journée. Les tirs
progressent du nord vers le sud de Bangui et se rapprochent de l'aéroport. Par
ailleurs, les rues et les grandes avenues sont vidées de leurs habitants, y
compris dans le centre-ville. 

Des effectifs insuffisants ? 

Pour le général Vincent Desportes,
les effectifs français sont aujourd'hui insuffisants pour faire face à la
situation de plus en plus tendue dans le pays. "Les soldats sont dans la
situation la plus délicate qui soit, celle d'avoir à s'interposer entre deux
adversaires
", explique-t-il.

"Les 1.600 hommes ont été
envoyés pour une situation plus calme que celle d'aujourd'hui et très vraisemblablement,
le contingent français va devoir voir ses effectifs accrus, d'autant que la
force africaine n'est pas capable de remplir les missions sur lesquelles les
Français comptaient
", poursuit-il. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.