Cet article date de plus de dix ans.

Damas veut débattre des troubles en cours en Syrie, au lendemain de sa suspension pour répression violente des civils.

Citant une source autorisée, la télévision nationale syrienne a indiqué que l'objectif d'un tel sommet serait d'évoquer les "répercussions négatives sur la situation arabe" des troubles en Syrie.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
 (LOUAI BESHARA / AFP)

Citant une source autorisée, la télévision nationale syrienne a indiqué que l'objectif d'un tel sommet serait d'évoquer les "répercussions négatives sur la situation arabe" des troubles en Syrie.

"La Syrie demande la tenue d'un sommet arabe urgent pour remédier à la crise et à ses conséquences négatives sur la conjoncture arabe", a précisé la télévision. Selon un communiqué officiel reproduit par l'agence Sana, Damas invite également les pays arabes à envoyer des ministres en Syrie pour s'enquérir de la situation sur le terrain et superviser l'application du proposé par la Ligue arabe.

La Syrie "accueille favorablement une visite d'un comité ministériel arabe avant le 16 novembre", date à laquelle la décision de la Ligue arabe doit entrer en vigueur, affirme le texte. Cette délégation "serait accompagnée d'observateurs, d'experts civils et militaires et de médias arabes afin de s'informer directement de ce qui se passe sur le terrain, et de superviser, en coordination avec le gouvernement syrien, l'application du plan arabe".

Des millions de Syriens dans la rue

Ce dimanche, quatre personnes qui scandaient des slogans hostiles au président Bachar al-Assad ont été abattus par les forces de sécurité, au cours d'un rassemblement organisé par les autorités de la ville de Hama contre la décision de la Ligue arabe de .

"Les forces de sécurité canalisaient les fonctionnaires et des étudiants vers la place de l'Oronte lorsque des groupes se sont détachés du cortège et se sont mis à scander 'Le peuple veut la chute du régime!'", a dit à un journaliste l'un des militants, à Hama, à 240 km au nord de Damas. "Ils se sont échappés par les ruelles mais ont été pourchassés, et quatre d'entre eux ont été tués", a-t-il ajouté.

Des millions de Syriens, selon la télévision nationale, se sont rassemblés dans les lieux publics à travers le pays pour dénoncer la décision de la Ligue arabe, adoptée en réplique à la répression des manifestations, qui a fait selon les Nations unies dans les 3500 morts depuis le mois de mars.

Rencontre Ligue arabe - opposition syrienne mardi

Le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil Elarabi, a annoncé ce dimanche que des représentants de l'organisation rencontreraient mardi des responsables d'organisations de l'opposition syrienne. Il est toutefois prématuré d'envisager une reconnaissance par la Ligue arabe de l'opposition syrienne comme autorité légitime du pays, a estimé Nabil Elarabi.

En plus de suspendre la Syrie, la Ligue arabe a décidé d'imposer des sanctions économiques et politiques contre le régime du président Assad et demandé à ses membres de retirer leurs ambassadeurs en poste à Damas.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.