Cet article date de plus de cinq ans.

Daech : quelles conséquences de l'intensification des frappes de la coalition internationale ?

Les frappes françaises contre Daech en Syrie se sont intensifiées depuis les attentats du 13 novembre. L'armée française a bombardé mardi pour la troisième soirée de suite Raqqa, un des fiefs des djihadistes. Le président russe a également ordonné à sa marine de coopérer avec la France. Mais cela a-t-il réellement des conséquences sur Daech ?
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Le 17 novembre, l'armée française a bombardé pour la troisième soirée de suite Raqqa en Syrie, un des fiefs des djihadistes de l'Etat islamique © Maxppp)

L'effort conjugué ces derniers jours des frappes françaises, américaines et russes, ont permis de détruire des centres de commandement sur la ville de Raqqa. Elles ont aussi fait plusieurs morts parmi les djihadistes. On ne connaît pas encore exactement le nombre de morts mais l'Observatoire syrien des droits de l'Homme assure que ces trois derniers jours, au moins 33 terroristes sont morts en Syrie.

Mais ces frappes ont-elles des conséquences concrètes pour Daech ? On peut imaginer que si l'organisation est vraiment affaiblie, elle sera sans doute moins offensive en Syrie, certainement contenue voire en recul en termes d'emprise géographique. Ce même Observatoire syrien, qui s'appuie sur tout un réseau d'informateurs, notamment à Raqqa, explique aujourd'hui que des militants de Daech et leurs familles commenceraient à quitter Raqqa pour gagner Mossoul, en Irak. Une ville qui est sous leur contrôle depuis juillet 2014. 

Changement de stratégie ?

Daech va-t-elle changer de stratégie ? C'est encore un peu tôt pour le dire mais on peut faire un constat : les opérations terroristes spectaculaires se sont multipliées à l'étranger, loin de leurs bases, un peu comme le faisait Al-Qaïda. L'attentat d'Ankara le 10 octobre dernier en Turquie, l'avion de ligne russe dont Daech a revendiqué l'explosion en vol au-dessus du Sinaï, les attentats-suicide à Beyrouth au Liban la semaine dernière et puis ces attentats parisiens.

Daech a longtemps misé sur des loups solitaires pour commettre des attentats. Sa priorité était de consolider le territoire de son califat. Mais on voit bien depuis quelques semaines qu'elle a la capacité de mener ces actions massives à l'étranger. Et cette capacité de nuisance, l'organisation terroriste est loin de la perdre pour l'instant. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.