Cet article date de plus de six ans.

Crash d'Air Algérie : un problème de givrage selon le BEA

Selon le Bureau d'enquêtes et d'analyses, le BEA, le crash de l'avion d'Air Algérie, qui a fait 116 morts en juillet 2014 au nord du Mali, serait dû à la non-activation du système anti-givrage par l'équipage.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Les restes du MD 83 d'Air Algérie dans le nord du Mali © Maxppp)

L'enquête sur le crash du vol Air Algérie qui reliait Ouagadougou à Alger est sans doute sur le point de trouver une conclusion. Ce MD 83 s'est écrasé dans le nord du Mali en juillet 2014, faisant 116 morts. Le bureau d'enquêtes de d'analyses (BEA) a publié les premiers éléments sur son site. Selon lui, c'est un problème de givrage qui a provoqué la chute de l'appareil.

Le givrage des capteurs a trompé le pilote automatique, explique Michel Polacco, notre spécialiste aéronautique
écouter

Il a en effet atteint "sans événement significatif " son altitude de croisière de 9.500 mètres. Mais deux minutes plus tard environ, les moteurs commencent à donner des signes de faiblesse. "Ceci est vraisemblablement le résultat du givrage des capteurs de pression situés sur le cône de nez des moteurs ", indiquent les enquêteurs. Ces capteurs de pression, qui déterminent plusieurs paramètres importants de la conduite du vol, devraient normalement être maintenus en fonctionnement par de l'air chaud. "L'analyse des données disponibles indique que l'équipage n'a vraisemblablement pas activé ces systèmes au cours de la montée et de la croisière ", poursuit le BEA.

Décrochage non récupéré

Leur gel a fait baisser la poussée délivrée par les moteurs et, perdant de la vitesse, l'avion a décroché, partant immédiatement en spirale. Et l'équipage n'a pas tenté de manoeuvre pour récupérer ce décrochage, selon les enregistreurs du vol. Le BEA doit publier son rapport définitif sur ce crash en décembre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.