Cet article date de plus de cinq ans.

LA PHOTO. Corée du Sud: opposition au bouclier antimissiles américain THAAD

Le 13 juillet 2016, la Corée du Sud a annoncé que le système antimissiles américain THAAD sera déployé à 200 km au sud-est de Séoul. Il doit protéger les 2/3 de son territoire d'éventuelles attaques de Pyongyang. L'annonce conjointe de ce déploiement par Séoul et Washington une semaine auparavant avait provoqué la colère de Moscou et de Pékin, qui accusent les Etats-Unis de démonstration de force.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des milliers d'habitants du comté de Seongju, à environ 200 km au sud-est de Séoul où il sera installé, ont fait entendre leurs voix le 13 juillet 2016, en brandissant des pancartes proclamant leur «opposition absolue au déploiement de THAAD», selon l'agence sud-coréenne Yonhap. Certains ont entamé une grève de la faim, d'autres se sont entaillé les doigts pour écrire des slogans en lettres de sang. Située sur un site de production de melons, cette installation va, selon eux, avoir des répercussions économiques et environnementales. Les opposants y voient une «menace pour les conditions de vie des 45.000 habitants du comté, dont 60% cultivent le melon». Depuis le 4e essai nucléaire nord-coréen du 6 janvier 2016, les tensions ne cessent de s'aggraver dans la péninsule. (YONHAP / AFP)
Des Sud-Coréens manifestent leur opposition au bouclier antimissiles américain. Des milliers d'habitants du comté de Seongju, à environ 200 km au sud-est de Séoul où il sera installé, ont fait entendre leurs voix le 13 juillet 2016, en brandissant des pancartes proclamant leur «opposition absolue au déploiement de THAAD», selon l'agence sud-coréenne Yonhap. Certains ont entamé une grève de la faim, d'autres se sont entaillé les doigts pour écrire des slogans en lettres de sang. Située sur un site de production de melons, cette installation va, selon eux, avoir des répercussions économiques et environnementales. Les opposants y voient une «menace pour les conditions de vie des 45.000 habitants du comté, dont 60% cultivent le melon». Depuis le 4e essai nucléaire nord-coréen du 6 janvier 2016, les tensions ne cessent de s'aggraver dans la péninsule.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Corée du Nord

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.