La Corée du Nord promet de suspendre ses essais nucléaires en cas de dialogue avec les Etats-Unis

Un responsable sud-coréen a fait cette annonce, mardi, après une rencontre avec Kim Jong-un.

Le leader nord-coréen, Kim Jong-un (à dr.), serre la main du conseiller sécurité du président sud-coréen, Chung Eui-yong, le 6 mars 2018, à Pyongyang (Corée du Nord).
Le leader nord-coréen, Kim Jong-un (à dr.), serre la main du conseiller sécurité du président sud-coréen, Chung Eui-yong, le 6 mars 2018, à Pyongyang (Corée du Nord). (KCNA / REUTERS)

Pyongyang tend un peu plus la main vers Washington. A l'issue d'une rencontre avec le leader nord-coréen Kim Jong-un, un émissaire sud-coréen a annoncé, mardi 6 mars, que la Corée du Nord avait promis de suspendre ses essais nucléaires et ses tests de missiles en cas de "dialogue franc" avec les Etats-Unis. Le représentant de Séoul a ajouté que la Corée du Nord avait exprimé la volonté de se dénucléariser, à condition que sa sécurité soit garantie.

Alors que la question de la dénucléarisation a longtemps été taboue en Corée du Nord, ce rebondissement a été immédiatement salué par le président américain. Donald Trump a évoqué des "progrès possibles" avec la Corée du Nord et salué "un effort sérieux" de la part de toutes les parties concernées.

Un sommet intercoréen historique en avril

Le conseiller sécurité du président Moon Jae-in a ajouté que les deux Corées avaient convenu de tenir un sommet à leur frontière, fin avril. Il s'agira du troisième sommet entre les dirigeants des deux pays à avoir lieu depuis la fin de la guerre de Corée (1950-1953). Les deux précédents avaient eu lieu en 2000 et en 2007.

Autre annonce : l'ouverture d'une ligne de communication d'urgence entre les deux dirigeants coréens. Cette dernière devra permettre de "désamorcer les tensions militaires et [de] se coordonner étroitement", selon le conseiller de Séoul, plus haut responsable à se rendre en Corée du Nord depuis plus de dix ans.

Les émissaires sud-coréens sont censés partir mercredi pour Washington afin de rendre compte de ce voyage. Il intervient alors que les Etats-Unis viennent d'imposer de nouvelles sanctions unilatérales au Nord, les plus dures à ce jour d'après Donald Trump.