La Corée du Nord affirme avoir testé un moteur de fusée capable de lancer des satellites (voire des missiles)

Le régime le plus hermétique au monde a déjà procédé à des essais de missiles longue portée présentés comme des lancements de satellites. Le dernier remonte au 7 février.

Le dirigeant Nord-coréen, Kim Jong-un, assiste au test d\'un moteur de fusée, à Sohae, en Corée du Nord. La photo a été rendue publique mardi 20 septembre 2016. 
Le dirigeant Nord-coréen, Kim Jong-un, assiste au test d'un moteur de fusée, à Sohae, en Corée du Nord. La photo a été rendue publique mardi 20 septembre 2016.  (YONHAP NEWS/NEWSCOM/SIPA / SIPA USA)

C'est une étape de plus vers la réalisation de missiles ballistiques intercontinentaux. La Corée du Nord affirme, mardi 20 septembre, avoir testé avec succès un nouveau et puissant moteur de fusée. Un test qui intervient deux semaines après le cinquième essai nucléaire du pays, violant les résolutions des Nations unies.

Après avoir supervisé ce test sur la base de Sohae, dans l'ouest du pays, Kim Jong-un a exhorté responsables, scientifiques et techniciens du pays à "achever dès que possible la préparation du lancement du satellite", rapporte l'agence officielle KCNA. Selon elle, le moteur qui a été testé au sol pourrait fournir au pays "une capacité de portée suffisante pour lancer différentes sortes de satellites, y compris des satellites d'observation de la terre".

Mais pour la Corée du Sud, cet essai visait à vérifier les performances d'un "moteur à forte puissance pouvant être utilisé pour des missiles longue portée". Le régime nord-coréen a en effet déjà procédé à des essais de missiles longue portée présentés comme des lancements de satellites. Le dernier remonte au 7 février.

Objectif : pouvoir frapper les Etats-Unis

Pyongyang a affirmé avoir testé le 9 septembre une tête nucléaire susceptible d'être montée sur un missile. Ce cinquième essai nucléaire nord-coréen était intervenu après une série d'essais de missiles de diverses portées les mois précédents, y compris depuis un sous-marin.

Si la Corée du Nord parvient à miniaturiser une bombe nucléaire pouvant être montée sur un missile tout en augmentant et en améliorant la portée et la précision de ses projectiles, elle pourrait atteindre son objectif officiel, qui est d'être en capacité de frapper le sol américain.

La Corée du Nord, qui n'a sur la papier pas le droit de mener des programmes balistique et nucléaire, est sous le coup de cinq séries de résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU lui infligeant de lourdes sanctions économiques.