Corée du Nord : une élection parlementaire... pour contrôler les exilés

Les Nord-Coréens ont voté dimanche pour une élection parlementaire un peu particulière : un seul candidat a été désigné dans chaque circonscription. Ce scrutin, bien loin des pratiques démocratiques, permet surtout aux autorités de recenser les exilés. Les autorités ont annonçé que tous les lecteurs s'étaient rendus aux bureaux de vote, à l'exception de ceux qui étaient à l'étranger.

(Kcna Kcna Reuters)

Dansant, chantant, jouant de la musique, ce sont des électeurs nord-coréens "fous de joie" qui se sont précipités dans les bureaux de vote pour la première
élection de l'Assemblée suprême du peuple l'arrivée au pouvoir de Kim Jong-Un,
en 2011
.

Pour ce scrutin, un seul candidat était désigné par le parti unique dans chacune des 687
circonscriptions et les électeurs devaient choisir entre le "oui" et le
"non" sur le bulletin de vote.

Mais l'exercice est une méthode de recensement populaire pour le régime. Des fonctionnaires chargés de l'organisation de l'élection se rendent dans chaque foyer pour vérifier la présence ou de l'absence des électeurs inscrits. "Une élection permet de révéler la fuite d'un Nord-Coréen en Chine ou en  Corée du Sud ", explique New Focus International, un site animé par des réfugiés nord-coréens au Sud.  

La sécurité aux frontières a été renforcée pour entraver les chances des candidats à l'exil. Plus de 1.500 départs vers la Corée du Sud, via la Chine, ont été néanmoins enregistrés 2013.

Détecter les grâces et les disgrâces  

Du point de vue des
observateurs étrangers, le scrutin permet de découvrir la liste finale des
candidats, ce qui permet de détecter les grâces et disgrâces au sein du régime
après la purge ordonnée en 2013 par Kim Jong-Un. Plusieurs personnalités au pouvoir ont été écartées par le
dirigeant nord-coréen et des cadres
ont été exécutés, comme son propre oncle et mentor, Jang Song-Thaek, mis à mort
en décembre
sous l'accusation de trahison et de corruption.

À LIRE AUSSI ►►► Kim Jong Un élimine l'opposition

Dimanche, les autorités ont annonçé que tous les électeurs s'étaient rendus aux bureaux de vote, à l'exception de ceux qui étaient à l'étranger. En début d'après-midi, le taux de participation était de 91%, selon l'agence d'Etat KCNA. Il avait atteint les 99,98% en 2009, avec un taux d'approbation des candidats de 100%.