Haut-Karabakh : l'Azerbaïdjan abat par erreur un hélicoptère russe au-dessus de l'Arménie

Deux personnes de l'équipage sont mortes. L'appareil a été touché lundi alors qu'il survolait les alentours d'un village.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Cliché transmis par le ministère arménien des situations d'urgence de l'hélicoptère russe abattu par erreur par l'Azerbaïdjan, le 9 novembre 2020 à la frontière avec l'Arménie. (ARMENIAN EMERGENCY SITUATIONS MINISTRY / AFP)

L'Azerbaïdjan a reconnu, lundi 9 novembre au soir, avoir abattu par erreur un hélicoptère russe près de sa frontière, au-dessus de l'Arménie"La partie azerbaïdjanaise présente ses excuses à la partie russe à la suite de cet incident tragique qui relève de l'accident", a indiqué le ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères, expliquant qu'une unité de l'armée avait cru à "des provocations de la partie arménienne" dans le cadre du conflit pour le Haut-Karabakh.

"L'hélicoptère Mi-24 a essuyé des tirs venant du sol d'un système portatif de défense aérienne", avait plus tôt indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué. "Deux membres de l'équipage sont morts, et un autre a été évacué avec des blessures de gravité moyenne", a-t-il ajouté.

La Russie se voit en arbitre du conflit

L'appareil a été touché vers 18h30 locales (15h30 à Paris) alors qu'il accompagnait une colonne de véhicules d'une base militaire russe en Arménie, selon le ministère russe. L'hélicoptère survolait les alentours du village arménien de Eraskh, voisin du Nakhitchevan, un territoire azerbaïdjanais autonome séparé du reste de l'Azerbaïdjan par le territoire de l'Arménie.

La Russie, allié militaire de l'Arménie, a aussi de bonnes relations avec l'Azerbaïdjan. Elle a laissé entendre par le passé qu'elle interviendrait dans le conflit du Karabakh que si celui-ci sortait des limites de la région, tout en appelant de manière répétée à un cessez-le-feu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.