Cet article date de plus de neuf ans.

Condoléances de la Turquie "aux petits-enfants des Arméniens tués en 1915"

C'est un geste inattendu et très fort. Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a présenté ce mercredi les condoléances de la Turquie "aux petits-enfants des Arméniens tués en 1915" lors des massacres visant cette communauté sous l'empire ottoman.
Article rédigé par Matthieu Mondoloni
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Umit Bektas Reuters)

Dans un communiqué, le chef de gouvernement turc, Recep Tayyip Erdogan, s'est exprimé pour la première fois très ouvertement, ce mercredi, sur les massacres perpétrés contre les Arméniens entre 1915 et 1917. Il a présenté ses condoléances "aux petits-enfants des Arméniens tués en 1915 " par l'empire ottoman.

"C'est un devoir humain de comprendre et de partager la volonté des
Arméniens de commémorer leurs souffrances pendant cette époque
", selon le texte publié en neuf langues dont l'arménien.
"Nous souhaitons que les Arméniens qui ont perdu la vie dans les
circonstances du début du XXe siècle reposent en paix et nous exprimons nos
condoléances à leurs petits-enfants
", ajoute le texte. Le Premier ministre renouvelle aussi son appel au dialogue avec l'Arménie et à la formation d'une commission d'enquête historique. 

Un tournant historique

Aucun des prédécesseurs de Recep Tayyip Erdogan n'avait encore présenté de condoléances aussi explicites. Il n'a toutefois utiliser le mot "génocide" que la Turquie nie catégoriquement.

Le communiqué du Premier ministre turc intervient à la veille du 99e anniversaire du début des massacres. Une annonce qui a surpris les Arméniens eux-même. Pour Jean Kéhayan, journaliste et essayiste d'origine arménienne, "l es positions franches et dures de Mr Erdogan ne laissaient pas penser que d'un coup il sortirait ce communiqué ". Il met en avant la pression des diplomates turcs du monde entier. Selon lui, il ne reste plus que le verrou de la reconnaissance du mot "génocide".

Le 24 avril 1915 avait donné le coup d'envoi du premier génocide du XXe
siècle
. Des centaines de milliers d'Arméniens de l'empire ottoman avaient été
déportés, nombre d'entre eux tués (1,5 million selon les Arméniens) et la
plupart de leurs biens confisqués. De nombreux pays ont reconnu ce drame comme un génocide, dont la France, ce qui avait créé une polémique avec la Turquie qui, elle, s'y est toujours refusée.

A LIRE AUSSI ►►► 25 juillet 1915 : le génocide arménien

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.