Cet article date de plus de douze ans.

Colonies juives: critiques de Washington et Paris

Le projet d'Israël de continuer la colonisation dans les territoires occupés suscite des réactions de réprobation
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (archives) (© AFP - David Silverman)
Le projet d'Israël de continuer la colonisation dans les territoires occupés suscite des réactions de réprobationLe projet d'Israël de continuer la colonisation dans les territoires occupés suscite des réactions de réprobation

"Nous regrettons les informations selon lesquelles Israël prévoit d'approuver de nouvelles constructions de colonies", a indiqué vendredi la présidence américaine.

De son côté, Paris a "condamné" le projet israélien d'accélér la colonisation en Cisjordanie occupée, jugé "contraire" aux engagements israéliens et au processus de paix.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a fait savoir vendredi qu'il voulait donner un coup d'accélérateur à la colonisation en Cisjordanie occupée avant d'accepter un gel partiel qui, selon les médias israéliens, serait censé durer neuf mois.

Cette initiative, destinée à ménager l'aile la plus dure de la droite israélienne opposée à un gel de la colonisation tout en apaisant l'administration Obama, a été vivement critiquée par la direction palestinienne. Ainsi, depuis Paris, le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a affirmé que la décision d'Israël n'était "pas acceptable". "Cela n'est pas acceptable. Nous voulons un gel de la colonisation et également le lancement des négociations de la phase finale", a-t-il déclaré à l'issue d'un entretien avec Nicolas Sarkozy. "C'était là le sujet principal de nos discussions" avec le président français, a-t-il ajouté.

Côté américain, la Maison blanche a souligné que "la poursuite de la construction de colonies n'est pas conforme à l'engagement d'Israël d'après la Feuille de route" (le plan de paix pour le Proche Orient lancé en 2003), selon les termes employés par le porte-parole de la preésidence, Robert Gibbs. "Comme le président (Barack Obama) l'a déjà dit, les Etats-Unis ne reconnaissent pas la légitimité d'une expansion continue des colonies et nous demandons que cela cesse."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.