Cet article date de plus de six ans.

Climat : Obama passe à l'offensive contre les centrales à charbon

Le président américain Barack Obama a dévoilé lundi la version définitive de son plan de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre produites par les centrales électriques fonctionnant au charbon. Ce plan ambitieux impose pour la première fois aux centrales électriques de réduire de 32% d'ici 2030 leurs émissions de carbone, par rapport à 2005.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Barack Obama présentait lundi le "America's Clean Power Plan" © Maxppp)

A quelques mois du sommet COP21 prévu en décembre à Paris, Barack Obama a affirmé lundi soir que le changement climatique constituait la plus importante menace à laquelle le monde était confronté. Le président américain a jugé qu'une inversion des changements écologiques risquait de ne jamais pouvoir s'accomplir si des mesures draconiennes n'étaient pas prises.

S'exprimant à la Maison-Blanche, il a présenté son plan de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre produites par les centrales électriques fonctionnant au charbon, encourageant le passage aux énergies renouvelables. Cette version-là du plan "Clean Power" vise à réduire de 32%, à l'horizon 2030, les émissions de C02 provenant du secteur de la production d'électricité, par rapport à leur niveau de 2005, a indiqué la Maison-Blanche. Le projet initial, publié l'an dernier, demandait une réduction de 30%. Aux Etats-Unis, 37% de l'électricité est encore produite par des centrales au charbon, il s'agit d'un secteur industriel très important.

[Traduction : "Actuellement, les centrales électriques sont à l'origine d'un tiers des émissions de CO2 américaines. C'est plus que nos voitures, nos avions, et nos maisons combinées."]

"Nous n'avons qu'une maison, qu'une planète. Il n'y a pas de plan B"

"Nous sommes la première génération qui ressent l'impact du changement climatique ", a expliqué le président américain. "Nous sommes la dernière génération qui peut faire quelque chose à ce sujet ", a-t-il poursuivi."Nous n'avons qu'une maison. Nous n'avons qu'une planète. Il n'y a pas de plan B ", a-t-il poursuivi, comme l'indique ce tweet de la Maison-Blanche :

Ses détracteurs dénoncent une future hausse des prix

Certains groupes industriels, mais aussi des associations et des élus d'Etats qui dépendent d'une énergie à base de charbon, ont annoncé leur intention de contester ce plan en justice ainsi qu'au Congrès. Ils accusent l'administration Obama d'être responsable d'une future hausse du prix de l'électricité.

Le président américain a réfuté cette idée, expliquant que son plan vise à accélérer la transition vers une économie qui produira plus d'électricité à partir des énergies renouvelables. "C'est la chose juste à faire ", a-t-il affirmé.

[Traduction : "Malgré les critiques, ce plan permettra en moyenne aux familles américaines d'économiser près de 85 dollars par an sur leurs factures d'éléctricité."]

Un plan salué immédiatement par l'UE

La Maison-Blanche a estimé que ce plan marquait "le coup d'envoi d'une offensive tous azimuts en faveur du climat " de la part du président et de son administration. Ce plan sera au coeur de la contribution de Washington à la COP21, dont l'administration Obama s'est engagée à être l'un des fers de lance. L'Union européenne a immédiatement salué le plan Obama et ses "efforts sincères " pour réduire les émissions de carbone.

Dimanche la Maison-Blanche mettait en ligne cette vidéo : 

►►► Découvrez notre opération et nos reportage #MAPLANETE

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.