Envoyé spécial, France 2

VIDEO. Chine : vers le premier régime totalitaire numérique ?

La Chine de demain se dessine sous l'œil des caméras de surveillance, alors que le système du "crédit social" qui note et classe les citoyens devrait être étendu à tout le pays en 2020. Dans "Envoyé spécial", le dissident Hu Jia envisage, dans un futur tout proche, une population sous le contrôle total des autorités.

ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2

L'empire du Milieu va-t-il devenir celui de la surveillance ? Le système du "crédit social", qui note et classe les citoyens chinois en fonction de leurs "bonnes" ou "mauvaises" actions, devrait être généralisé en 2020. "Envoyé spécial" diffuse le 10 octobre un reportage tourné en partie dans la région de Rongcheng, la ville pilote qui l'a mis en place dès 2013.

Le "crédit social" au service du Parti communiste ?

Si la Chine parvient un jour à ficher ses 1 milliard 390 millions d'habitants, c'est aussi parce que peu de voix osent critiquer le régime. Un régime qui se durcit depuis cinq ans, observent les défenseurs des droits de l'homme. En banlieue de Pékin, la journaliste Elise Menand s'est entretenue avec l'un de ses rares opposants. Selon lui, le crédit social, sous couvert de rétablir la morale, est un outil pour renforcer encore le pouvoir du Parti communiste : "Le but final du crédit social, pense Hu Jia, c'est que les Chinois intègrent ces règles, et qu'ils deviennent, sans en avoir conscience, les petits soldats que le Parti aimerait qu'ils soient."

Hu Jia est l'un des seuls Chinois qui affiche publiquement ses convictions. En 2016, le dissident a reçu le prix Sakharov de l'Union européenne, qui récompense la liberté de penser. Une liberté qu'il défend dans son pays depuis près de trente ans... et qui lui a valu de passer trois années et demie en prison.

Les données des entreprises privées menacées

Le rendez-vous a été pris sur messagerie cryptée. C'est sur un banc public, dans un parc, que Hu Jia décrit un avenir très sombre pour le citoyen chinois, "façonné et taillé pour être un esclave". Selon lui, tous ses comportements et habitudes de consommation seront bientôt enregistrés, sa vie sentimentale, son travail, son quotidien contrôlés par le gouvernement. "Ils ne rateront aucun détail, assure-t-il, et le Parti te connaîtra bientôt mieux que tu ne te connais toi-même."

Dans un pays où le moindre paiement se fait par téléphone, le risque existe aussi que les autorités accèdent aux milliards de données des entreprises privées. La Chine pourrait alors entrer dans une nouvelle ère : celle du premier régime totalitaire numérique.

Extrait de "Chine, tout est sous contrôle !", un reportage à voir dans "Envoyé spécial" le 10 octobre 2019.

Chine : vers le premier régime totalitaire numérique ?
Chine : vers le premier régime totalitaire numérique ? (ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2)