Le marché du luxe se calme en Chine

Le «Quotidien du Peuple», dans sa version en français, relate deux informations concernant le marché du luxe en Chine. D’une part, on apprend que sa croissance se ralentit, devenant même «rationnelle» selon les termes du journal. L’autre information est que le voyageur chinois recherche également moins le shopping de produits de luxe. Le voyage devient un peu plus culturel.

(MEN DELONG / CHINA DAILY)
Tout est parti d’une enquête menée par le magazine Fortune Chine qui a interrogé 45.000 de ses lecteurs, des cadres supérieurs aux revenus aisés. Il en ressort que l’achat de produits de luxe n’est plus une fin en soi. Selon Li Rixue, PDG de Secoo, une plateforme chinoise de vente de produits de luxe, le consommateur chinois s’est calmé. Finie, la quête aveugle, quasiment compulsive, des marques. Désormais le consommateur chinois de produits de luxe est à la recherche d’un produit qui apporte une amélioration réelle de son quotidien.
 
Selon le Quotidien du Peuple, pour répondre au trou d’air de la consommation, Chanel aurait même baissé ses prix en 2015 en Chine, illustrant ainsi une certaine contraction du marché. «Le domaine du luxe a connu un âge d'or en Chine avant 2012, avec de nombreuses entreprises enregistrées à deux chiffres, ou voire même une croissance de 100%, mais aujourd'hui le marché s'est bien rétréci.»
 
Quant à ses motivations, l’acheteur chinois place en premier la qualité du produit, la notoriété de la marque n’arrivant qu’au troisième rang.
 
Voyage culturel
Les mentalités évoluent également pour les loisirs. Le Chinois ne voyage plus pour acheter des Rolex ou des sacs Chanel dans les grands magasins parisiens ou Hongkongais. Une enquête auprès de 5300 riches voyageurs chinois montre une évolution des dépenses. La découverte de la cuisine locale des pays étrangers, surtout les restaurants étoilés, semble devenir un must. «Ce n’est pas qu’il n’y aura plus de shopping» explique Amrita Banta directrice d’une société conseil  au Quotidien du Peuple. «Mais l’expérience du haut de gamme ne varie pas beaucoup, que vous soyez dans un magasin Chanel à Hong Kong ou Tokyo».
 
(Quotidien du Peuple)

Ainsi, la cuisine japonaise, suivie par les achats en France (malgré tout) et la visite de l'Australie, ont la faveur des richissimes chinois, qui dépensent chaque année plus de 200 000 yuans dans les voyages (26.000 euros). Des touristes chinois que le monde entier cherche à attirer. En effet, ils représentent une manne de 215 milliards de yuans, soit environ 28 milliards d’euros, dépensés en 2015 aux quatre coins du monde. Un chiffre en hausse de 53 % par rapport à l’année précédente.