La France dénonce un "système de répression institutionnalisé" mis en place par Pékin à l'encontre des Ouïghours

Des experts et des organisations de défense des droits de l'homme accusent la Chine d'avoir fait interner jusqu'à un million d'Ouïghours et d'autres musulmans turcophones dans des camps de rééducation politique du Xinjiang.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une manifestante affiche son soutien à la minorité musulmane ouïghoure, sur la place Beyazid, le 1er octobre 2020 à Istanbul (Turquie). (OZAN KOSE / AFP)

La France hausse le ton face à la Chine. Devant le Conseil des droits de l'homme de l'ONU, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a dénoncé mercredi 24 février un "système de répression institutionnalisé" mis en place par Pékin à l'encontre les musulmans ouïghours dans la région du Xinjiang (nord-ouest). "De la région chinoise du Xinjiang, nous parviennent des témoignages et des documents concordants, qui font état de pratiques injustifiables à l'encontre des Ouïghours, et d'un système de surveillance et de répression institutionnalisé à grande échelle", a-t-il déclaré lors d'une intervention par visioconférence.

Des experts et des organisations de défense des droits de l'homme accusent la Chine d'avoir fait interner jusqu'à un million d'Ouïghours et d'autres musulmans turcophones dans des camps de rééducation politique du Xinjiang.

La Chine dément ce chiffre et affirme que ces personnes sont emmenées dans des centres de formation professionnelle, destinés à les aider à trouver un emploi afin de les éloigner de la tentation de l'extrémisme religieux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.