Pékin a utilisé Twitter et Facebook pour discréditer les manifestants à Hong Kong

Les deux réseaux sociaux ont supprimé près d'un millier de comptes créés par les autorités chinoises. 

1,7 million de personnes ont défilé dans le quartier financier de Hong Kong le 18 août 2019. 
1,7 million de personnes ont défilé dans le quartier financier de Hong Kong le 18 août 2019.  (EYEPRESS NEWS / AFP)

La Chine ne déploie pas seulement d'importants moyens militaires contre les manifestants pro-démocratie à Hong Kong. Les autorités chinoises ont utilisé près d'un millier de comptes Twitter, et dans une moindre mesure des pages Facebook, pour discréditer et diviser les manifestants hongkongais, ont indiqué lundi 19 août les deux réseaux sociaux.

Twitter a suspendu 986 comptes, "coordonnés dans le cadre d'une opération soutenue par l'Etat" chinois pour "miner la légitimité et les positions politiques" des manifestants, affirme Twitter dans un post de blog (en anglais). "Nous avons identifié de larges ensembles de comptes qui se comportaient de façon coordonnée de manière à amplifier les messages concernant les manifestations à Hong Kong", souligne le groupe californien. Au total, Twitter indique avoir suspendu 200 000 comptes avant qu'ils ne soient réellement actifs sur le réseau.

Facebook, informé par Twitter, a indiqué pour sa part avoir supprimé, pour les mêmes raisons, sept pages, cinq comptes et trois groupes du réseau social, eux aussi "liés à des individus associés au gouvernement de Pékin". Non sans ironie, Twitter rappelle qu'il est banni de Chine continentale par le régime de Pékin, dont les agents ont dû en grande partie faire appel à un VPN (un réseau virtuel permettant de contourner des restrictions géographiques par exemple). D'autres ont avancé moins masqués en utilisant des adresses IP débloquées pour l'occasion.