Hong Kong : Pékin met la pression sur les entreprises pour éteindre la contestation

À Hong Kong, alors que la contestation pro-démocratie continue, des entreprises font tout pour que leurs salariés n'aillent pas manifester. Certaines vont jusqu'à licencier leurs employés sous la pression de Pékin.

FRANCE 2

La compagnie aérienne Cathay Pacific, MTR, la société qui gère le métro hongkongais, mais aussi Zara ou BNP Paribas font partie des entreprises dans le viseur des autorités chinoises. Pékin les menace de boycott, car certains salariés de ces sociétés sont soupçonnés de soutenir le mouvement pro-démocratie. Face à la pression, Cathay Pacific, le fleuron de Hong Kong a décidé de licencier une vingtaine de ses employés.

"Le gouvernement chinois nous donne une leçon"

"En s'en prenant à Cathay, le message est clair pour les Hongkongais, le gouvernement chinois nous donne une leçon : vous devez être gentil, faire ce qu'on vous dit de faire, parce qu'on peut tout simplement vous faire taire en vous faisant renvoyer", explique Rebecca Sy, hôtesse de l'air licenciée par Cathay Pacific, en août dernier. À Hong Kong, beaucoup d'entreprises craindraient l'étau de Pékin. Pour ramener le calme à Hong Kong, la stratégie du gouvernement est de faire pression sur les milieux économiques.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un étudiant de l\'université polytechnique de Hong Kong, dimanche 17 novembre.
Un étudiant de l'université polytechnique de Hong Kong, dimanche 17 novembre. (ANTHONY WALLACE / AFP)