Cachemire: «La partition de 1947 à l'origine du conflit entre Inde et Pakistan»

Depuis 1947, le Cachemire est revendiqué par l’Inde et le Pakistan. Trois guerres ont secoué la région, tuant plusieurs milliers de civils. Pourquoi ce territoire de l’Himalaya est-il si convoité? Entretien avec Jean-Luc Racine, directeur de recherches au CNRS et auteur de «Cachemire: au péril de la guerre» (éditions Autrement).

Le Cachemire connaît un regain de tensions depuis la mort du chef séparatiste Burhan Wani en juillet 2016.
Le Cachemire connaît un regain de tensions depuis la mort du chef séparatiste Burhan Wani en juillet 2016.

Quelle est l’origine du conflit au Cachemire?
En 1947, l’Empire des Indes obtient son indépendance et devient l’Inde et le Pakistan actuels. Très rapidement, la question du Cachemire devient un point de friction. Le Pakistan revendique ce territoire à grande majorité musulmane. Mais celui-ci est dirigé par un maharajah hindou qui tient à conserver l’autonomie de son Etat. Face à l’insurrection de la population cachemirie qui souhaite rejoindre le Pakistan, le souverain est contraint de demander l’aide de l’armée indienne. En échange, il s’engage à rattacher son territoire à l’Inde. On trouve là l'origine de la première guerre indo-pakistanaise.

En 1949, une ligne de cessez-le-feu est créée (appelée Ligne de contrôle), qui sépare le Cachemire en deux : au Nord, la partie pakistanaise (l’Azad-Cachemire) et au Sud, le Jammu-et-Cachemire indien.

Aujourd’hui, le Pakistan revendique toujours la totalité de ce territoire et demande une consultation de la population. L’Inde, quant à elle, considère que le rattachement du Jammu-et-Cachemire à son pays est légitime puisqu’il a été décidé par le maharajah lui-même. 
On voit bien que l'origine du conflit remonte à l'indépendance de l'Inde et du Pakistan en 1947 et à la partition du Cachemire.
 
Quel rôle joue la Chine dans dans ce litige?
La Chine s’est emparée de l’Aksai Chin (partie orientale du Cachemire, montagneuse et inhabitée) dans les années 1950. L’Aksai Chin relie les provinces chinoises du Tibet et du Xinjiang par une route hautement stratégique pour Pékin, qui souhaite contrôler ces deux régions autonomes et sensibles. D’où la présence de ce troisième acteur au Cachemire.
L\'Aksai Chin dans l\'sst du Cachemire est occupé par la Chine (point vert)
L'Aksai Chin dans l'sst du Cachemire est occupé par la Chine (point vert) (Geopolis)

Autre raison de l’investissement de la Chine dans ce conflit, c’est sa rivalité avec l’Inde, puissance émergente. Pékin soutient le Pakistan dans sa revendication du Cachemire, pour laisser l’Inde embourbée dans son environnement régional. La montée en puissance indienne (premier importateur mondial d’armes avec l’Arabie Saoudite) inquiète le rival chinois.
 
Les ressources en eau du Cachemire peuvent-elles expliquer les différentes revendications?
Le territoire cachemiri possède de nombreux lacs, glaciers, et surtout les affluents de l’Indus, fleuve qui prend sa source dans l’Himalaya et se jette dans la mer d’Arabie. Ce qui en fait un véritable puits, précieux pour l’agriculture pakistanaise et indienne. La question du partage de l’eau a été réglée en 1960 lors d’un accord entre les deux protagonistes et la Banque mondiale. Il rectifie le déséquilibre du partage du territoire en octroyant au Pakistan les deux affluents de l’Indus.
On voit bien que la question de l’eau est instrumentalisée pour justifier un conflit territorial aux raisons plus identitaires et politiques. 


Le Cachemire en 10 dates:

1947: indépendance de l'Inde et du Pakistan, qui se disputent le Cachemire.

1949: la «ligne de contrôle» est créée coupant le Cachemire en deux.

1962: la Chine s'empare de la partie Est du Cachemire, l’Asksai Chin.

1965: le Pakistan déclenche la seconde guerre contre l'Inde, qui se soldera pour lui par un échec. Les frontières restent inchangées.

1972: l’accord de Silma entre l’Inde et le Pakistan stipule que tout différend, y compris celui du Cachemire, doit être réglé de manière bilatérale.

1999: troisième guerre indo-pakistanaise, connue sous le nom de «crise de Kargil».

2001: le 12 décembre 2001, trois attentats sont perpétrés dont deux au Cachemire et le troisième à New Dehli contre le Parlement indien. 
 
2002: reprises des relations diplomatiques entre l'Inde et le Pakistan.

2008: attaque terroriste à Bombay par un groupe armé pakistanais faisant plus de 150 morts.

2016: les tensions reprennent au Cachemire suite à la mort du séparatiste Burhan Wani tué le 8 juillet par la police indienne. Plus de 70 civils ont été tués depuis, et des milliers d'autres blessés.