Centrafrique : explosions aux abords de l'aéroport de Bangui

Tirs d'armes automatiques, explosions de roquettes et de grenades : la situation s'est brusquement tendue ce matin aux abords de l'aéroport, où des manifestants ont érigé des barricades contre la force internationale. Les militaires français semblent à l'origine avoir demandé à des miliciens anti-balaka, retranchés dans l'aérogare, de quitter les lieux.

(Luc Gnago Reuters)

La situation reste toujours autant explosive, à Bangui. Même si Elisabeth Guigou se félicitait, ce matin sur France Info, que le calme soit revenu, une étincelle peut tout faire exploser...

Les soldats de la force de paix avaient reçu pour mission de déloger la centaine de réfugiés qui, venue de l'immense camp de déplacés à proximité, avait pris position dans l'aérogare. Les soldats français leur ont demandé de partir ; le ton est rapidement monté. 

Des petits groupes de manifestants ont alors érigé des barricades sur le principal axe menant à l'aéroport. Les soldats français ont dû riposter à des tirs et à des explosions de roquettes et de grenades.

En fait, on explique de source militaire que les premières barricades ont été dressées dès mardi soir, que des blindés français les ont enlevées à plusieurs reprises, mais que les manifestants les réinstallaient à chaque fois.

La lutte contre les anti-balaka, une milice composée en majorité de chrétiens qui se défendait à l'origine contre les exactions des musulmans Séléka au pouvoir, est devenue aujourd'hui une priorité du gouvernement de transition actuel.