VIDEO. Laid mais précieux : à la rencontre du panope, un mollusque qui vaut de l’or

Ce mollusque géant et méconnu connaît un succès grandissant depuis quelques années auprès des consommateurs asiatiques.

Voir la vidéo
brut

Un fruit de mer au coeur d'une industrie florissante. Ces dernières années, le panope est devenu un mets de choix en Asie. Ce mollusque géant à l'apparence atypique est vendu jusqu'à 330 dollars le kilo dans des restaurants de luxe. D’ailleurs, 80 % des panopes pêchés sont destinés au marché asiatique. 

Aussi appelé "palourde royale", le panope n’a pas toujours été aussi populaire. "Avant d'être à la mode, les panopes étaient boudées. S’ils en attrapaient, les pêcheurs les remettaient dans l'océan, ils ne valaient rien.", déclare Ed Sang, un acheteur de panopes. Mais aujourd'hui, la pêche au panope est devenue une industrie fructueuse sur son territoire d'origine, la côte ouest du Canada et des États-Unis.

Profit contre impact environnemental

Ce nouvel essor réjouit les professionnels comme Terry Keith, pêcheur de palopes : "Les acheteurs veulent nos produits donc le marché est favorable pour les pêcheurs. On contrôle notre activité de pêche, on contrôle le marché. Donc la demande est importante, et elle est en constante augmentation". Mais cette demande croissante n'est pas sans conséquences. En effet, si le panope peut vivre jusqu'à 150 ans, il se reproduit en revanche plutôt difficilement.

Pour limiter l'impact de l'industrie de la pêche sur l'espèce, les permis de pêche et les quotas d'approvisionnement sont limités par arrêté gouvernemental. Aujourd'hui, on tente d'augmenter la population de canopes par la création de fermes d'élevage. Une façon optimale de continuer à alimenter une industrie qui vaut, à ce jour, plus de 60 millions de dollars.

VIDEO. Laid mais précieux : à la rencontre du panope, un mollusque qui vaut de l’or
VIDEO. Laid mais précieux : à la rencontre du panope, un mollusque qui vaut de l’or (BRUT)