LA PHOTO. Multiplication des suicides chez les Indiens du Canada

La nation Attawapiskat, première nation isolée au nord-est de l’Ontario, au bord de la baie James, est confrontée à une vague de tentatives de suicides. Depuis septembre 2015, 101 personnes sur les 1500 qui vivent dans la réserve ont tenté de mettre fin à leurs jours.

Marche en hommage aux victimes d'Attawapiskat. La semaine dernière, un pacte de suicides entre onze jeunes a été déjoué, puis à la veille du week-end, cinq autres jeunes ont été hospitalisés. Pour l’instant, une seule personne est décédée. Pour le chef de la tribu, Bruce Shisheesh, plusieurs facteurs contribuent à ces actes de désespoir. Les conditions de vie déplorables, notamment dans les maisons où s’entassent tous les membres de la famille. La drogue et l’alcool font des ravages dans une population totalement exclue. D’autres tribus sont également touchées par ces suicides ou tentatives. Une réserve du peuple Cri située à 500 km au nord de Winnipeg avait sonné l'alarme il y a un mois après les suicides de cinq adolescents et d'une jeune mère de famille. La communauté inuit de Kuujjuak, dans l'Arctique québécois, est également confrontée à ces multiplications de cas désespérés avec le suicide de cinq jeunes, âgés entre 15 et 20 ans, sur les quatre derniers mois.