Canada : Justin Trudeau annonce des élections anticipées, espérant capitaliser sur des sondages favorables

A la tête d'un gouvernement minoritaire depuis octobre 2019, Justin Trudeau est dépendant de partis d'opposition pour faire adopter ses réformes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, le 15 août 2021 à Ottawa. (DAVE CHAN / AFP)

Justin Trudeau met son poste en jeu. Le Premier ministre canadien a annoncé dimanche 15 août qu'un scrutin anticipé serait organisé le 20 septembre, moins de deux ans après les dernières élections fédérales. "La gouverneure générale a accepté ma demande de dissoudre le Parlement", a-t-il déclaré depuis la capitale fédérale Ottawa.

Selon lui, le pays se trouve à un "moment historique" et il est donc "extrêmement important que les Canadiens puissent choisir comment (...) sortir de cette pandémie et comment (...) rebâtir en mieux""Je vous demande d'appuyer un gouvernement progressiste et ambitieux" qui prône "un système de santé fort, le logement abordable et un environnement protégé", a-t-il précisé lançant certaines des grandes thématiques de sa campagne.

A la recherche d'une majorité

A la tête d'un gouvernement minoritaire depuis octobre 2019, ce qui le rend dépendant de partis d'opposition pour faire adopter ses réformes, Justin Trudeau entend surfer sur des sondages favorables, sa gestion de la pandémie de Covid-19 et la réussite de la campagne vaccinale. Mais les autres partis, tous opposés à la tenue d'un scrutin cet été, se sont lancés dans les hostilités et ont dénoncé un calcul politique alors que la crise sanitaire n'est pas terminée. 

Le Premier ministre, en poste depuis 2015, s'est plaint à plusieurs reprises ces derniers temps de l'obstruction des partis d'opposition au sein du Parlement. Pour être à la tête d'un gouvernement majoritaire, son parti qui compte 155 députés élus, devra obtenir au moins 170 des 338 sièges de la Chambre des communes.

C'est un "pari risqué" estime Daniel Béland, professeur de science politique à l'université McGill cité par l'AFP. Selon ce spécialiste, les sondages actuels ne lui garantissent pas une majorité.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Canada

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.