Canada : plus de 750 tombes découvertes près d'un pensionnat autochtone

Quelque 150 000 enfants natifs, métis et inuits ont été enrôlés de force jusque dans les années 1990 dans 139 de ces pensionnats à travers le pays, où ils ont été coupés de leurs familles, de leur langue et de leur culture.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Plus de 750 tombes anonymes ont été découvertes sur le site d'un pensionnat à Marieval, au Canada, a annoncé la nation Cowessess le 23 juin 2021. (GOOGLE MAPS)

Le Canada de nouveau sous le choc. Quelque 751 tombes anonymes ont été localisées sur le site d'un ancien pensionnat autochtone géré par l'Eglise catholique dans l'ouest du pays, moins d'un mois après la découverte des restes de 215 enfants près d'un autre établissement autochtone. La nation Cowessess de la province de Saskatchewan a annoncé, mercredi 23 juin, avoir fait "la découverte horrible et choquante de centaines de tombes non marquées" lors de fouilles sur le site de l'ancien pensionnat de Marieval, à environ 150 km à l'est de la capitale Regina. "Ce n'est pas une fosse commune, ce sont des tombes non identifiées", a précisé le chef de la nation.

Quelque 150 000 enfants natifs, métis et inuits ont été enrôlés de force jusque dans les années 1990 dans 139 de ces pensionnats à travers le pays, où ils ont été coupés de leurs familles, de leur langue et de leur culture. Nombre d'entre eux ont été soumis à des mauvais traitements ou à des violences sexuelles, et plus de 4 000 y ont trouvé la mort, selon une commission d'enquête qui avait conclu à un véritable "génocide culturel" de la part du Canada.

Le chef de la Fédération des nations insouveraines de la province de la Saskatchewan, Bobby Cameron, a dénoncé jeudi 24 juin un "crime contre l'humanité". "Le seul crime qu'on ait jamais commis était d'être nés autochtones", a-t-il affirmé. "Nous trouverons d'autres corps et nous ne nous arrêterons que lorsque nous aurons trouvé tous les enfants", a promis le responsable. Le Canada va devoir "tirer les leçons de [son] passé" envers les Premières nations, victimes de "discrimination et d'injustice systémiques", a également réagi le Premier ministre canadien, Justin Trudeau. "Nous avancer sur le chemin commun de la réconciliation. Nous pourrons ainsi bâtir un avenir meilleur."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Canada

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.