Canada : le suspect de l'attaque à la voiture-bélier contre une famille musulmane inculpé de terrorisme

Quatre membres de la même famille sont morts le 6 juin à London, Ontario, après une attaque "préméditée" à la voiture-bélier.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un signe en soutien aux 4 membres d'une famille musulmane tués à London, Ontario (Canada), lors d'un rassemblement le 12 juin 2021. (JOHN DENSKY / ANADOLU AGENCY / AFP)

Le suspect d'une attaque à la voiture-bélier qui a tué quatre membres d'une famille musulmane le 6 juin au Canada a été inculpé de terrorisme, a annoncé lundi 14 juin le parquet, lors d'une brève audience devant le tribunal de London, dans l'Ontario. Cinq membres de la même famille avaient été fauchés, alors qu'ils attendaient pour traverser à un carrefour dans la ville de London, à 200 km au sud-ouest de Toronto. Les deux parents, leur fille de 15 ans et sa grand-mère ont été tués, mais leur fils de 9 ans, grièvement blessé, a survécu.

Le suspect n'a pas de casier judiciaire

Le suspect âgé de 20 ans, Nathaniel Veltman, avait déjà été inculpé lors d'une première audience la semaine dernière de quatre chefs d'accusation de meurtre avec préméditation et d'une tentative de meurtre. Le jeune homme, qui n'a pas de casier judiciaire et aucune affiliation connue avec une organisation extrémiste, a déclaré ne pas avoir d'avocat pour le moment. Lors de son arrestation, il portait une veste ressemblant à un gilet pare-balles. Selon la police de London, il avait délibérément foncé sur la famille Afzaal avec son pick-up dans le cadre d'un acte "prémédité et planifié, motivé par la haine".

L'attaque avait été qualifiée d'acte "terroriste" par le Premier ministre canadien, Justin Trudeau. Ce drame, qui a provoqué une vive émotion, constitue l'attaque contre des musulmans la plus meurtrière au Canada depuis la fusillade de la mosquée de Québec qui avait fait six morts en 2017.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Canada

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.