Venezuela : la fuite massive vers le Brésil

Face à la crise humanitaire sans précédent qui frappe leur pays, des milliers de Vénézuéliens se réfugient au Brésil.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Dès huit heures du matin, le poste frontière de Pacaraima, entre le Brésil et le Venezuela est pris d'assaut : chaque jour, plus de 500 Vénézuéliens traversent vers le Brésil, leur vie entassée dans une valise. Tous fuient le régime de Maduro. Depuis le début 2017, plus de 50 000 réfugiés sont passés par Pacaraima. La plupart sont Indiens warao, persécutés dans leur pays. Les rues sont transformées en camps de fortune.

Encore récemment, ils étaient publicitaires, ingénieurs ou étudiants : en quelques mois, ils ont perdu leur position et leurs économies à cause de l'inflation. "Avec ce billet, aujourd'hui, tu ne peux même pas acheter une plaque de beurre alors qu'avant la crise j'ai acheté une voiture", raconte un Vénézuélien. L'État est frappé d'une crise humanitaire, l'ONU et les associations caritatives ont été appelées à la rescousse pour venir en aide aux réfugiés.

1 million de réfugiés au Brésil

Pour le maire de Pacaraima, la situation est devenue incontrôlable. Autrefois espace frontalier aux commerces florissants, la ville est devenue un carrefour de trafics en tout genre. A 200 kilomètres de là, à Caracas, capitale du Venezuela, la crise apparaît à chaque coin de rue.

Pour éviter que les réfugiés soient exploités, une association dispense des cours de portugais et des conseils juridiques. Les autorités brésiliennes viennent d'assouplir leurs lois migratoires afin que les réfugiés bénéficient plus rapidement d'un statut et d'un droit de travail. Le Brésil prévoit l'arrivée de plus d'un million de Vénézuéliens sur son territoire. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président vénézuelien Nicolas Maduro, lors d\'une parade militaire, à Caracas (Venezuela), le 16 janvier 2018. 
Le président vénézuelien Nicolas Maduro, lors d'une parade militaire, à Caracas (Venezuela), le 16 janvier 2018.  (REUTERS)