Cet article date de plus de dix ans.

Brésil: syndicats et favelas rejoignent la fronde

Alors que la présidente a partiellement reculé sur ses annonces, les organisations de travailleurs ont appelé à la grève le 11 juillet. 

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Des habitants de la favela Rocinha manifestent pour la première fois depuis le début de la vague de protestation au Brésil, le 25 juin 2013, à Rio de Janeiro.  (CHRISTOPHE SIMON / AFP)

Il y aura bien un référendum, mais pas d'assemblée constituante. La présidente brésilienne, Dilma Rousseff, a partiellement reculé, mardi 25 juin, sur ses projets politiques face à une levée de boucliers parlementaire. Dans le même temps, les syndicats ont décidé de rejoindre le mouvement de fronde qui ébranle le Brésil depuis deux semaines, en annonçant une grève pour le 11 juillet. Des habitants des quartiers défavorisés ont également défilé pour la première fois. 

Dilma Rousseff fait un pas en arrière

"Je veux, en ce moment, proposer un débat sur la convocation d'un référendum populaire qui autorise le fonctionnement d'une assemblée constituante exclusive, chargée de faire la réforme politique dont le pays a tant besoin", avait déclaré la présidente brésilienne lors d'une allocution censée calmer les esprits, lundi 24 juin. Vingt-quatre heures plus tard, son ministre de l'Education a annoncé un recul du gouvernement sur le sujet. "Nous n'avons pas le temps pour mettre en place une assemblée constituante", a-t-il affirmé au terme d'une journée houleuse à Brasilia.

Cette proposition avait soulevé, toute la journée de mardi, une vive polémique dans les cercles parlementaires, laissant apparaître des fissures au sein de la coalition au pouvoir. "A aucun moment, les députés n'ont pensé accepter cette proposition", a lancé le président de la Chambre des députés.

Des juristes constitutionnalistes de renom et l'ordre des avocats du Brésil ont également exprimé de vives réserves, soulignant que seul le Parlement pouvait réviser la Constitution. S'exprimant à titre personnel, le très populaire président de la Cour suprême, Joaquim Barbosa, a jugé que la classe politique était confrontée à "une crise de légitimité"."Ce qui manque au Brésil, c'est de donner au peuple une chance d'apporter ses réponses", a-t-il diagnostiqué.

Les syndicats rejoignent le mouvement

Jusqu'à présent écartées par les manifestants, les principales centrales syndicales brésiliennes ont annoncé une grève le 11 juillet,  alors qu'elles doivent rencontrer Dilma Rousseff à Brasilia mercredi. "Nous voulons exprimer nos critiques envers la politique économique du gouvernement et manifester contre l'inflation", a déclaré le dirigeant de Força Sindical.

Parmi les revendications : la réduction de la journée de travail, la revalorisation des retraites et de plus gros investissements dans les secteurs de la santé et de l'éducation. Leur journée de mobilisation n'a aucun rapport avec les appels à paralyser le pays le 1er juillet, qui circulent sur les réseaux sociaux, ont-ils souligné.

Les habitants des favelas défilent

Des habitants de la favela Rocinha défilent, mardi 25 juin 2013, pour réclamer plus de politiques de santé et d'éducation.  (CHRISTOPHE SIMON / AFP)

Pendant que les élites du pays débattaient dans la capitale, certaines favelas de Rio de Janeiro sont entrées pour la première fois dans la danse. Environ 2 000 habitants de Vidigal et de la Rocinha, la plus grande favela de la ville, ont marché jusqu'au quartier ultrachic de Leblon, où réside le gouverneur de Rio. Ils ont manifesté pacifiquement pour réclamer plus d'éducation notamment.

Des habitants de la favela Nova Holando, près de l'aéroport international, ont protesté à la suite d'affrontements violents qui ont fait huit morts, dont un policier d'une unité d'élite, entre lundi soir et mardi matin.Ils ont défilé derrière une banderole proclamant : "Les policiers qui répriment sur les avenues sont les mêmes que ceux qui tuent dans la favela." 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.