Élections au Brésil : Santa Cruz do Capibaribe, l'un des fiefs de Jair Bolsonaro

Publié Mis à jour
Élections au Brésil : Santa Cruz do Capibaribe, l'un des fiefs de Jair Bolsonaro
Article rédigé par
F.Lothaire, L.Raulais, Q.Delaroche, V.Alvares - France 2
France Télévisions

156 millions d'électeurs sont appelés à voter au Brésil, dimanche 2 octobre. Tout se jouera entre deux ennemis jurés : l'ancien président de gauche Lula, favori dans les sondages, et le chef d'État sortant d'extrême-droite, Jair Bolsonaro. Les partisans de ce dernier, qui refusent d'envisager une défaite, forment de véritables bastions dans le pays.

C'est jour de fête dans la ville de Santa Cruz do Capibaribe (Brésil), dimanche 2 octobre. Sur le parking d'un centre commercial, au milieu d'une foule vêtue aux couleurs du drapeau brésilien, Jair Bolsonaro a été reçu en héros. Si le président candidat à sa réélection a choisi de venir ici, c'est parce que dans cette région, traditionnellement acquise à Lula, la ville est la seule qu'il a réussi à ravir à la gauche, il y a quatre ans. "Il est injustement attaqué par ceux qui auparavant ont abusé du pouvoir. Et le Brésilien se rend compte de ça", commente un homme.

Libéralisme économique, religion et famille traditionnelle

Comme la plupart des habitants, David Jose Pereira est entrepreneur dans la confection de vêtements, un fleuron de l'économie locale. Tous ici sont en faveur du libéralisme économique, un pilier de la politique de Jair Bolsonaro. Le pays compte un taux record de pauvreté, atteignant plus de 47 millions de Brésiliens. La religion est l'un des autres piliers de la politique de Bolsonaro.

Dans le bastion évangélique de Douque de Caxias, au nord de Rio, (Brésil), le président a remporté plus de 70 % des voix en 2018. La campagne de Marquinho Pessanha, candidat aux élections législatives, commence par une bénédiction par un pasteur. Il se retrouve dans les valeurs portées par Bolsonaro, notamment la famille traditionnelle brésilienne. Tout comme leur président, ses sympathisants ont nié la gravité du Covid-19, qui a fait plus de 680 000 morts au Brésil.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.