Cet article date de plus de cinq ans.

Coulée de boue toxique : le Brésil réclame 5,2 milliards de dollars aux compagnies minières

La catastrophe environnementale a été causée par la rupture d'un barrage de déchets miniers dans le sud-est du pays, le 5 novembre.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un enfant passe près du Rio Doce, le fleuve chargée de boue toxique, à Colatina (Espirito Santo, Brésil), le 19 novembre 2015. (GABRIELA BILO / ESTADAO CONTEUDO / AFP)

Le gouvernement brésilien va réclamer 5,2 milliards de dollars (4,9 milliards d'euros) aux compagnies minières responsables de la coulée de boue toxique qui touche le sud-est du pays, a annoncé Brasilia vendredi 27 novembre. La coulée, qualifiée par les autorités de "plus grande catastrophe environnementale de l'histoire du Brésil", a été provoquée le 5 novembre par la rupture d'un barrage de déchets minier.

La coulée de boue a enseveli le village de Bento Rodrigue, faisant au moins 13 morts. Onze personnes sont toujours portées disparues, sans plus d'espoir d'être retrouvées vivantes. La coulée s'est ensuite répandue sur 650 km jusqu'à l'océan atlantique, à travers le lit du fleuve Rio Doce. Sur son passage, elle a tué des milliers d'animaux, dévasté des zones de forêt tropicale protégées, et laissé 280 000 personnes sans eau.

Un fonds pour dédommager les victimes

Le gouvernement va donc "entamer lundi une action devant la justice civile" contre la compagnie Samarco, propriétaire du barrage, et ses deux actionnaires à parts égales, les géants miniers brésilien Vale et anglo-australien BHP Billiton. Cette action "a pour objectif la création d'un fonds" pour dédommager les victimes et réparer les dégâts environnementaux causés au bassin du fleuve Rio Doce, le deuxième plus important du Brésil après l'Amazone.

Cette action sera déposée conjointement par l'Etat fédéral et les Etats de Minas Gérais et Espirito Santo, affectés par la catastrophe. L'avocat général brésilien a toutefois souligné que le gouvernement n'avait aucune intention de participer à ce fonds qui devra être 100% privé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.