Brésil : un autocar tombe d'un viaduc, au moins 16 morts

L'accident a eu lieu près de la localité de Joao Monlevade, dans l'Etat de Minas Gerais. L'autocar transportait 46 personnes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les secours se trouvent près d'un autocar tombé d'un pont, à Joao Monlevade, au Brésil, le 4 décembre 2020. (MINAS GERAIS FIRE DEPARTMENT / AFP)

Selon les premières investigations, le drame pourrait être dû à une défaillance des freins du véhicule. Au moins 16 personnes ont été tuées et 27 blessées vendredi 4 décembre après qu'un autocar a fait une chute de plus de 20 mètres depuis un viaduc dans le sud-est du Brésil, ont annoncé les pompiers.

L'accident a eu lieu près de la localité de Joao Monlevade, dans l'Etat de Minas Gerais. L'autocar transportait 46 personnes.

Une route dangereuse

Douze personnes sont mortes sur le lieu de l'accident, trois à l'hôpital et une pendant son transfert, ont précisé les pompiers. Parmi les blessés, trois, dans un état grave, ont été transportés par hélicoptère vers un hôpital de Belo Horizonte, la capitale de l'Etat.

Des vidéos impressionnantes diffusées par les pompiers montrent l'autocar totalement détruit au fond d'un ravin. "Le conducteur a crié qu'il n'avait plus de freins et l'autocar a commencé à reculer, percutant la protection latérale du pont" sur lequel il se trouvait, indiquent des experts dans un communiqué. "Six personnes sont parvenues à sortir de l'autocar avant qu'il ne bascule, dont le conducteur, qui n'a pas encore été localisé", ajoute le texte. Trois de ces personnes "n'ont pas eu besoin de soins médicaux".

La compagnie à laquelle appartient le véhicule n'avait pas d'autorisation pour transporter des passagers, selon l'Association nationale du transport public, citée par la presse locale. La route BR-381, sur laquelle l'accident est survenu, est celle sur laquelle se produisent le plus d'accidents mortels dans tout le Minas Gerais, a précisé le gouverneur de l'Etat, Romeu Zema.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.