Cet article date de plus de neuf ans.

Boston : trois amis de Djokhar Tsarnaev inculpés pour obstruction à la justice

La police de Boston a annoncé mercredi sur son compte Twitter le placement en garde à vue de "trois autres suspects" dans le cadre de l'enquête sur les attentats commis lors du marathon de Boston le 15 avril dernier. Ils ont été inculpés dans la soirée. Il s'agit de trois amis de Djokhar Tsarnaev. Deux d'entre eux sont des étudiants kazakhs.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (/Lucas Jackson Reuters)

Une avancée dans l'enquête sur le double attentat du marathon de Boston qui a fait 3 morts et plus de 260 blessés le 15 avril. La police de Boston a annoncé mercredi sur son compte Twitter que
"trois autres suspects" ont été placés en garde à vue puis inculpés. Les trois personnes sont accusées d'entrave à la justice. "Ils voulaient éviter des ennuis à un ami" précise l'acte d'accusation.

C'est la première fois depuis le double attentat que les enquêteurs évoquent des suspects autres que les frères Tsarnaev, d'origine tchétchène. Actuellement, le plus jeune, Djokhar Tsarnaev, est en prison après avoir été blessé. Il a rejeté la responsabilité de l'attaque sur son frère, Tamerlan. Ce dernier a été tué dans une fusillade avec les forces de l'ordre. 

Deux étudiants kazakhs interpellés

Un enquêteur a expliqué que deux des personnes arrêtées étaient des étudiants de nationalité kazakhe. Par ailleurs, la troisième personne arrêtée est un ressortissant américan. Tous sont soupçonnés d'avoir jeté un sac à dos et l'ordinateur portable du plus jeunes des frèresTsarnaev.

Selon l'acte d'accusation, les trois amis de Djokhar se sont rendus dans la chambre de ce dernier une fois que le FBI eut rendu public la photo des deux suspects des attentats. Ils y ont trouvé des feux d'artifices vidés de leur poudre. L'un d'eux a "su, quand il a vu  les feux d'artifices que Tsarnaev était impliqué. Il a décidé d'enlever le sac à dos afin d'aider son ami a éviter les problèmes ", précise l'acte.

L'avocat d'un des suspects a expliqué que son client "n'était pas une cible" dans l'enquête sur l'attentat. Sans plus de précisions. Il a néanmoins déclaré que son client coopérait pleinement avec les enquêteurs et qu'il "voulait rentrer au Kazakhstan"

Lundi, le Wall Street Journal  avait affirmé que les enquêteurs avaient retrouvé des traces de l'ADN d'une femme sur au moins l'une des deux bombes artisanales. Lundi toujours, les enquêteurs fédéraux ont emporté des sacs d'éléments de preuve de la maison où vivait la veuve de Tamerlan Tsarnaev. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.