Cet article date de plus de huit ans.

Boeing disparu : recherches longues et coup de fil mystérieux

Les signaux des boîtes noires du Boeing de la Malaysia Airlines disparu il y a cinq semaines sont en train de "s'évanouir". Le Premier ministre australien estime que les recherches continueront "encore longtemps". Par ailleurs, un journal malaisien indique ce samedi que le copilote a tenté de téléphoner avant que l'avion ne disparaisse.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Reuters)

Les recherches se poursuivent ce samedi pour retrouver
l'épave du Boeing 777 de Malaysia Airlines dans le sud de l'océan indien. Le
Premier ministre australien, Tony Abbott, a expliqué que cela prendrait plus de
temps que prévu. "Tenter de localiser quelque chose à 4,5 km sous la surface
de l'océan à environ un millier de kilomètres des côtes représente une énorme tâche et il est probable qu'il faudra continuer encore longtemps
",
a-t-il indiqué.

Actuellement, neuf avions militaires, un avion civil et 14 navires
ratissent 40.000 kilomètres carrés d'océan. Une fois que les équipes de recherche
seront pratiquement sûres d'avoir localisé les enregistreurs, un petit robot, Autonomous
Underwater Vehicle (AUV), sera déployé.

Les signaux faiblissent

"Bien que nous
pensions avec un niveau élevé de certitude que les transmissions que nous
captons émanent de l'enregistreur du vol MH370, personne ne doit sous-estimer
les difficultés de la tâche qui nous attend
", a estimé Tony Abbott.

Les batteries des boîtes
noires ont une autonomie de 30 jours, qui est désormais dépassée, puisque l'avion a disparu il y a cinq semaines. Mercredi, deux nouveaux
signaux sonores
ont été détectés. Depuis, plus rien. 

Le copilote aurait téléphoné

Alors que les recherches
continuent, un journal malaisien, publie ce samedi le témoignage d'une source
anonyme. Elle raconte que le copilote a passé un appel de son téléphone juste avant que l'avion ne disparaisse. L'appel aurait été coupé "parce que l'avion s'est rapidement éloigné du relais (de
télécommunications
)", écrit le New Straits Times

Selon
le quotidien, une autre source indique que le portable du copilote, Fariq Abdul Hamid, a
été "reconnecté " au réseau entre le moment où l'avion a dévié de sa route et celui où il a disparu des écrans radar. Cela ne veut pas dire qu'il a forcément
passé un coup de fil, mais qu'il a peut-être simplement rallumé son téléphone,
selon cette source. Elle explique également qu'après avoir changé de cap, l'avion
aurait volé à basse altitude pour se rapprocher d'un relais.

Le
ministère des Transports de Malaisie a indiqué qu'il examinerait ces
informations et qu'il publierait une réponse.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.