Cet article date de plus de huit ans.

Boeing disparu : les nouvelles pistes

Le Premier ministre malaisien a indiqué samedi lors d'une conférence de presse sur les derniers développements autour du vol MH370 que les mouvements du Boeing 777 de la Malaysia Airlines avaient été causés par "une action délibérée". Il a également confirmé que l'avion avait bien fait demi-tour. Une semaine jour pour jour après la disparition de l'appareil, la piste du changement de cap volontaire semble privilégiée. Une perquisition au domicile du pilote a eu lieu.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (Kham Reuters)

Le Boeing 777 de la Malaysia
Airlines parti de Kuala Lumpur samedi 8 mars à 00h40 pour Pékin, en Chine, aurait-il pu être volontairement dérouté de son cap ? Lors d'une conférence de presse samedi, le Premier
ministre malaisien, Najib Razak, a indiqué que les mouvements du vol MH370 avaient été causés par "une action délibérée ". Pour la première fois depuis le début des investigations, les autorités confirment par ailleurs que l'appareil a bien fait demi-tour au-dessus de la Malaisie pour poursuivre sa route vers l'ouest.

Un scénario qui donc se précise même si la Malaisie ne confirme pas le détournement. "Malgré les informations de presse faisant état d'un détournement de l'avion, je souhaite être très clair : nous continuons à enquêter sur toutes les possibilités concernant ce qui a fait dévier de sa route le MH370 ", a déclaré Najib Razak.

Une nouvelle trajectoire...

Après une semaine de recherches menées par une dizaine de pays et des milliers de kilomètres carrés passés au crible, toujours aucune trace matérielle de l'avion, disparu il y a une semaine. Une heure après avoir quitté le sol malaisien, l'avion s'est volatilisé des écrans civils de contrôle mais a continué d'émettre des signaux qui ont été détectés par un radar militaire et qui confirment qu'il a bien changé de cap. Les autorités malaisiennes précisent par ailleurs que le dernier contact satellite avec l'appareil a eu lieu six heures après que les radars civils ont perdu sa trace.

Le Boeing 777 a donc continué de voler plusieurs heures vers l'Océan indien, très à l'ouest de son plan de vol initial. Les coordonnées satellites le placent dans deux corridors possibles, entre le Nord de la Thaïlande et
le Kazakhstan ou entre le Sud de l'Indonésie et le Sud de l'océan indien, a indiqué la Malaisie. Conséquence de ces informations, les opérations de recherche en mer de Chine du sud, à l'Est
de la Malaisie, vont se terminer pour se redéployer de l'autre côté du pays. 

... intentionnelle ?

Selon des enquêteurs
américains, l'appareil aurait été volontairement détourné par quelqu'un "expérimenté ",
capable de le faire disparaître du champ de vision des radars traditionnels. "Il
semble avoir appris comment les éviter
", a indiqué un responsable
militaire sous couvert d'anonymat. Cette thèse n'a pas été confirmée par les autorités malaisiennes, mais elles indiquent cependant que les systèmes de transmissions de données "ont été
désactivés". 

Pour quelle raison l'avion a-t-il changé de cap ? Et qui était à la manœuvre à ce moment là ? Le mystère sur ces deux points reste entier. Le vol 370 de Malaysia
Airlines transportait 239 passagers, dont 153 Chinois. Parmi les autres
nationalités des personnes qui se trouvaient à bord, des Malaisiens, des
Indonésiens, des Australiens, quatre Français, des Américains, des Canadiens,
ainsi que des Russes et des Ukrainiens. Deux passagers voyageaient avec de faux passeports. Identifiés par Interpol en début de semaine, ils n'avaient pas de
lien connu avec des groupes terroristes.

Perquisition au domicile du pilote 

L'enquête s'oriente désormais vers les membres de l'équipage. Une source policière malaisienne a indiqué qu'une perquisition a eu lieu samedi au domicile du pilote du vol MH370. Les enquêteurs sont arrivés chez le capitaine ZaharieAhmad Shah, 53 ans, peu après la fin de la conférence de presse du Premier ministre Najib Razak.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.