Cet article date de plus de huit ans.

Black Blocs : qui fait dégénérer les manifestations au Brésil ?

Une nouvelle manifestation, concernant la gratuité des transports en commun à São Paulo, a dégénéré ce samedi. Cette explosion de violence s'ajoute aux nombreux heurts qui secouent le Brésil à quelques mois de la Coupe du monde de football 2014. Des manifestations où la présence des Black Blocs (anarchistes masqués) est de plus en plus visible.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (Nacho Doce Reuters)

Les manifestants étaient
descendus dans la rue à l'initiative du mouvement Pase Libre (MPL, le Mouvement Passe-livre). Ils manifestaient pour
la gratuité des transports en commun pour les étudiants. Le rassemblement a dégénéré
lorsqu'une centaine de manifestants, pour certains masqués, réunis sous le nom
de Black Bloc , s'en est pris à un terminal de bus, mettant le feu
à un bus et vandalisant les machines à tickets, les tourniquets et les
distributeurs automatiques. Les forces de
l'ordre ont interpellé 78 individus.

Un scénario à l'air de
déjà-vu

En juin dernier, des manifestations sur le même thème avaient déjà évolué en vandalisme,
et le mouvement de protestation s'était rapidement étendu à tout le Brésil. Début
octobre, une manifestation de soutien aux enseignants des écoles publiques en
grève s'était déroulée de la même manière. Les manifestants avaient été
dispersés au gaz lacrymogène.

A LIRE AUSSI |  Des manifestations monstres contre la Coupe du monde

La tactique Black Bloc

Selon la police, un groupe d'anarchistes,
regroupés sous le nom de Black Bloc, serait à l'origine des heurts dans les
différentes manifestations.

Les activistes réunis sous
la bannière Black Bloc ne forment pas une organisation à
proprement parler. Plusieurs comptes sur Twitter se revendiquent du mouvement (dont
).

L'une des nombreuses pages Facebook, ici dédiée au phénomène en Egypte, compte plus de 25.000 likes.

"Ceux et celles qui veulent former un
Black Bloc se présentent lors d'une manifestation vêtus et masqués de
noir : se reconnaissant aisément, ils peuvent alors constituer un
contingent"
, expliquait déjà en 2003 le professeur Francis Dupuis-Deri, dans
son article Black Blocs. Bas les masques . "Le
Black Bloc offre la possibilité à des militants de mener des actions directes
car cette masse dans laquelle ils se fondent leur assure une solidarité
politique et protège leur anonymat 
"

Ils vandalisent le mobilier
urbain (comme, au Brésil, des bus et des distributeurs automatiques) symbole du
capitalisme et n'hésitent pas à se confronter aux forces de l'ordre qu'ils
considèrent comme le bras armé du capitalisme.

Pour certains, leur rôle
irait jusqu'à protéger la population des assauts des forces de l'ordre – quand pour
certains manifestants, c'est justement le Black Bloc qui provoque la
confrontation avec la police.

Généralement vêtus de noir
et cagoulés, ils tireraient leur existence de groupes affrontant les forces de
police dans le Berlin-Ouest  des années 80.
Depuis, on retrouve des formations qui se revendiquent du Black Bloc en marge
de grands rassemblements comme le G8 à Gênes en 2001 ou encore les
protestations de janvier 2013 contre le gouvernement de Mohamed Morsi en Egypte.

A LIRE AUSSI | Le pouvoir égyptien face à la menace des Black Blocs

Au
Brésil, l'enjeu c'est la Coupe du monde

Les
récents heurts au Brésil sont partis de manifestations pacifiques qui ont
dégénéré dans un contexte de situation sociale tendue. Quelques mois avant la
Coupe du monde de football en 2014, plusieurs Brésiliens dénoncent des dépenses
somptuaires
engagées pour l'évènement, qui semble faire passer les
revendications sociales comme la santé et l'éducation au second plan. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.