Barack Obama annoncera "dans les prochains jours" sa décision sur la stratégie en Afghanistan

"A l'issue d'une dernière réunion, le président Obama dispose des informations nécessaires pour prendre sa décision et annoncera cette décision dans les prochains jours", a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche Robert Gibbs.Barack Obama avait réuni pendant près de deux heures, lundi soir, un conseil de guerre crucial sur ce thème.

Soldat américain en Afghanistan
Soldat américain en Afghanistan (AFP/MANPREET ROMANA)

"A l'issue d'une dernière réunion, le président Obama dispose des informations nécessaires pour prendre sa décision et annoncera cette décision dans les prochains jours", a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche Robert Gibbs.

Barack Obama avait réuni pendant près de deux heures, lundi soir, un conseil de guerre crucial sur ce thème.

Le commandant américain sur le terrain demanderait environ 40.000 soldats américains en plus des près de 68.000 déjà déployés.

M. Gibbs avait indiqué lundi que la décision serait annoncée après la fête du Thanksgiving (le 26 novembre) et les vacances qui suivent. "Ca ne sera pas cette semaine, mais vraisemblablement la semaine prochaine", avait-il dit, sans donner de date précise.

Une annonce le 1er décembre ?
La radio nationale publique (NPR), citant des sources anonymes, a affirmé que M. Obama pourrait dévoiler ses intentions le 1er décembre en utilisant le format solennel de l'allocution à l'adresse de la nation. Le président avait rassemblé lundi soir pendant près de deux heures et pour la dernière fois ses principaux ministres, généraux, diplomates et conseillers concernés dans la salle ultra-sophistiquée consacrée à la gestion des crises située sous la Maison Blanche. Il s'agissait de la neuvième réunion de ce genre avec son équipe de sécurité nationale depuis août.

L'armée américaine réclame 40.000 hommes supplémentaires
M. Obama doit dire s'il accède à la demande de son commandant sur le terrain, le général Stanley McChrystal. Devant la dégradation de la situation afghane, celui-ci recommanderait de déployer environ 40.000 soldats américains en plus des 68.000 déjà sur place. Sans renfort, la mission afghane court à l'échec, aurait-il prévenu. L'envoi de renforts est l'hypothèse la plus communément envisagée, la question étant de savoir combien. La Maison Blanche s'est contentée jusqu'alors de dire qu'il n'était pas question de réduire les effectifs.

Mais M. Obama a aussi clairement signifié depuis l'avant-dernière réunion qu'il voulait des stratégies de sortie du conflit pour être en mesure de dire aux Américains jusqu'à quand ils étaient engagés en Afghanistan. M. Obama est soumis à la pression croissante de ses adversaires républicains, mais il fait aussi face à l'hostilité grandissante des Américains à la guerre. Loin de sembler prendre fin bientôt après plus de huit ans, elle connaît son année la plus meurtrière pour les soldats américains, afghans et étrangers, mais aussi pour les civils.

L'Otan discute le 7 décembre des renforts

Des responsables militaires de l'Otan débattront le 7 décembre des renforts, a priori modestes, que les alliés européens pourront envoyer en Afghanistan, une fois connue la propre décision des Etats-Unis sur le même sujet, selon l'AFP. Les représentants des pays de l'Otan au Shape, le quartier général de l'Otan à Mons (sud de la Belgique), "se retrouveront le 7 décembre pour discuter des contributions que leurs pays respectifs sont susceptibles d'apporter", a indiqué mardi un diplomate allié. "On peut prévoir des initiatives importantes, notamment en ce qui concerne le renforcement de la mission de formation de l'armée et de la police afghanes" par l'Otan, a-t-il souligné, sans avancer de chiffres.

Le Premier ministre britannique Gordon Brown avait évoqué 5.000 militaires européens de plus, son pays ayant déjà annoncé qu'il en fournirait 500. D'autres ont parlé de 3.000 à 7.000 soldats européens supplémentaires. Selon un responsable militaire à l'Otan, "il ne faut pas s'attendre à ce que les pays européens envoient beaucoup de vrais renforts".