Bangladesh : un homme arrêté pour avoir électrocuté et tué un éléphant sauvage

Le fermier encourt huit années d'emprisonnement. Une plainte a été déposée pour cruauté envers un animal.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un élephant à Jamalpur au Bangladesh, le 3 août 2016. (PROBAL RASHID / LIGHTROCKET / GETTY IMAGES)

Un fermier bangladais a été arrêté dans le sud-est du Bangladesh, accusé d'avoir tué un éléphant sauvage d'Asie, une espèce en danger d'extinction, ont fait savoir les autorités mercredi 1er septembre. 

Le fermier et ses fils avaient disposé tout autour de leur rizière des pièges à haute tension. Un éléphant adulte a été grièvement blessé et a ensuite été tué, selon l'administrateur du gouvernement de Ramu, une commune à la frontière entre le Bangladesh et la Birmanie où se situe l'un des nombreux couloirs de migration des pachydermes.

"Ils ont ensuite sauvagement mis l'éléphant en pièces avant de tenter de l'enfouir dans la boue", a raconté le fonctionnaire à l'AFP. Le fermier a été rapidement arrêté et encourt huit années d'emprisonnement. En revanche, ses fils, en fuite, sont activement recherchés. Une plainte a été déposée pour cruauté envers un animal.

Huitième éléphant mort à cause des hommes

Il s'agit du huitième éléphant dont la mort est imputée à des hommes en quelques années. Les éléphants sauvages parcourent les collines contiguës du sud du Bangladesh et des États de Chin et Rakhine, dans l'ouest de la Birmanie, dont les forêts sont parmi leurs derniers havres.

Mais ils ne peuvent plus emprunter la route migratoire de Gudum bloquée, dans l'État de Rakhine, où de vastes étendues de forêts ont été détruites par le passage de centaines de milliers de réfugiés rohingyas qui ont fui la Birmanie depuis 2017.

Quelque 63 éléphants ont été recensés au Bangladesh, selon des statistiques de 2017. Le département a enregistré en outre la naissance de 20 éléphanteaux, ces quatre dernières années.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Bangladesh

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.