Bangladesh : l'immeuble effondré n'était pas conçu pour devenir une manufacture

L'accident a provoqué la mort de plus de 550 personnes. Selon l'architecten, le bâtiment ne pouvait soutenir le poids de machines et générateurs d'ateliers de confection. 

Des sauveteurs tentent de secourir les personnes ensevelies sous les décombres d\'un immeuble qui s\'est effondré à Dhaka (Bangladesh), le 24 avril 2013.
Des sauveteurs tentent de secourir les personnes ensevelies sous les décombres d'un immeuble qui s'est effondré à Dhaka (Bangladesh), le 24 avril 2013. (ANDREW BIRAJ / REUTERS)

Peut-être une explication à la tragédie. Le bâtiment qui s'est effondré fin avril au Bangladesh, tuant quelque 550 personnes, devait abriter un centre commercial et des bureaux, pas des usines textiles. Son architecte, Masood Reza, a expliqué dimanche 5 mai que le bâtiment n'avait pas été conçu pour soutenir des poids aussi importants que les machines et générateurs, installés par les ateliers de confection. 

Il a ressenti "douleur et angoisse" en regardant les images télévisées montrant les ouvriers, prisonniers des décombres. Avec son cabinet, l'architecte bangalais reconnu et professeur à l'université, Masood Reza, a dessiné en 2004 les plans du Rana Plaza, aujourd'hui réduit à un tas de gravats sous lequel se trouveraient encore des victimes. "Lorsque nous avons conçu le bâtiment, le propriétaire et le promoteur ne nous ont jamais dit que les planchers devraient supporter des ateliers de confection", a-t-il assuré, indiquant que les plans correspondaient à un immeuble de six niveaux. "Il n'a jamais été question que le bâtiment soit agrandi à neuf ou dix niveaux", a-t-il ajouté.

Selon un responsable de l'enquête, des vibrations dues notamment à de gros générateurs sont à l'origine de l'effondrement de l'immeuble qui était déjà très fragilisé. Le bâtiment abritait quatre ou cinq usines textiles où étaient fabriqués des vêtements pour le compte principalement de marques étrangères.