Cet article date de plus d'onze ans.

Aucune décision n'a encore été prise sur le lieu où seront jugés les 5 accusés pour les attentats du 11 septembre

"Nous sommes en train d'étudier" la question, a déclaré dimanche le ministre américain de la Justice Eric Holder, qui plaide pour un procès devant un tribunal civil.Près de 9 ans après les attentats qui ont fait près de 3.000 morts à New York et à Washington, les cinq accusés sont toujours détenus à la base navale américaine de Guantanamo à Cuba.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Eric Holder, le ministre de la Justice américain. (AFP - Mark Wilson)

"Nous sommes en train d'étudier" la question, a déclaré dimanche le ministre américain de la Justice Eric Holder, qui plaide pour un procès devant un tribunal civil.

Près de 9 ans après les attentats qui ont fait près de 3.000 morts à New York et à Washington, les cinq accusés sont toujours détenus à la base navale américaine de Guantanamo à Cuba.

La fermeture de la prison de Guantanamo faisait partie des promesses de campagne de Barack Obama. Mais, dix-huit mois après sa prise de fonctions, le président américain n'a toujours pas réussi à tenir cette promesse.

Eric Holder s'était prononcé en novembre pour que les cinq accusés, parmi lesquels Khaled Cheikh Mohammed, le cerveau auto-proclamé des attentats, soient jugés à New York, non loin du site où s'élevaient les tours jumelles du World Trade Center, devant un tribunal civil, et non militaire.

Mais ce choix fait l'objet de vives critiques de la part de l'opposition républicaine et de certains habitants de New York.

En mars, la puissante organisation américaine de défense des libertés publiques (ACLU) était entrée dans le débat, mettant en garde le président Barack Obama contre un recours aux tribunaux militaires.

A Washington, le Congrès se montre réticent à ce que les accusés du 11-Septembre soient transférés sur le sol américain pour y être jugés.

"La Justice attend depuis trop longtemps", a dit M. Holder dimanche. "Nous voulons que ceux qui sont responsables de ce qui s'est passé le 11-Septembre rendent des comptes de la façon la plus efficace possible."

"Nous allons devoir travailler avec le Congrès pour, au bout du compte, pouvoir organiser ce procès", a insisté le ministre de la Justice.

"Vu l'ampleur de ce qui s'est passé le 11-Septembre et la nécessité de rendre la Justice, les élus du Congrès doivent collaborer avec nous afin de déterminer de quelle façon ces personnes doivent être jugées", a-t-il conclu.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.