Cet article date de plus d'onze ans.

Au moins 85 personnes ont trouvé la mort et plus de cent ont été blessées dans un gigantesque incendie à Dacca

L'incendie s'est propagé à des immeubles d'habitation de plusieurs étages et a pris au piège des centaines d'habitants de Kayettuli, un des quartiers les plus densément peuplés de Dacca.Selon le chef de la police de Dacca, la tragédie a été provoquée par un problème électrique.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un policier dans les ruines de l'incendie qui a détruit une partie du site historique de Dacca, le 03 juin 2010 (AFP/MUNIR UZ ZAMAN)

L'incendie s'est propagé à des immeubles d'habitation de plusieurs étages et a pris au piège des centaines d'habitants de Kayettuli, un des quartiers les plus densément peuplés de Dacca.

Selon le chef de la police de Dacca, la tragédie a été provoquée par un problème électrique.

"Un mariage se déroulait sur le toit d'un des bâtiments, et nous pensons que c'est pour cela que le nombre des victimes est si élevé", a-t-il poursuivi.

"Au moins sept bâtiments ont été envahis par le feu. Il y avait des magasins vendant des produits chimiques au rez-de-chaussée. Ils ont été la proie des flammes qui se propageaient très vite", a précisé le responsable, selon lequel une boulangerie a aussi été incendiée.

"C'est une énorme tragédie. Nous avons appelé tous les médecins du Collège médical de Dacca à quitter leur domicile et à venir s'occuper des patients", a déclaré à l'AFP le ministre de la Santé, A.H.M Ruhal Haque.

Une centaine de personnes victimes de graves brûlures ou intoxiquées par des fumées ont été hospitalisées.

Les incendies dus à des courts-circuits et autres déficiences des systèmes électriques ou à des installations électriques ne répondant pas aux normes sont fréquents au Bangladesh, où les réglementations en matière de construction sont rarement respectées.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.