Cet article date de plus de dix ans.

Au moins 78 morts après le déraillement d'un train dans le nord-ouest de l'Espagne

L'accident a eu lieu à l'entrée de Saint-Jacques-de-Compostelle, sur la ligne ferroviaire entre Madrid et Ferrol, peu avant 21 heures mercredi soir. Au moins 78 personnes ont été tuées et 143 blessées, selon un nouveau bilan. L'hypothèse privilégiée est une vitesse excessive sur une portion de voie dangereuse. Le chef du gouvernement, Mariano Rajoy, est attendu sur place ce jeudi.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
  (Maxppp)

Les images sont spectaculaires, et laissent imaginer la violence du choc. Il s'agit en tout cas de l'une des pires catastrophes ferroviaires de l'histoire espagnole ; la première sur une ligne "AVE", à grande vitesse.

Un train de la compagnie ferroviaire espagnole Renfe a déraillé mercredi soir, entre 20h30 et 21h selon les premiers témoignages, à l'entrée de la ville de Saint-Jacques-de-Compostelle, dans le nord-ouest du pays.

Le train circulait sur une voie construite pour accueillir des trains à grande vitesse ; mais la locomotive ainsi que les wagons accidentés étaient plutôt l'équivalent en France d'un train express régional.

> Les images de la catastrophe, partagées sur Twitter

"Scène dantesque "

Le bilan est terrible : au moins 78 morts et 143 blessés selon le tribunal régional de Galice, qui précise que certaines zones du train, d'accès difficile, n'ont pas encore été inspectées. Le président de la région, Alberto Nunez Feijoo, qui parle d'une "scène dantesque ". Les cadavres, dans l'urgence, ont été déposés, recouverts de couvertures, le long de la voie.

Le train, de la ligne Madrid-Ferrol (dans le nord de la Galice), transportait entre 220 et 240 personnes dans treize wagons. L'accident s'est produit dans un virage prononcé, sous un pont, quand la dernière voiture a déraillé pour une raison encore inconnue, prenant feu immédiatement après. L'un des wagons s'est retrouvé projeté en l'air sous la violence du choc, plus de cinq mètres au-dessus des voies.

Selon la radio Cadena Ser , qui cite un témoin, le déraillement a été précédé d'une grosse explosion. Mais rien ne laisse à penser pour l'instant qu'il puisse s'agir d'un acte de malveillance. Une vitesse excessive sur cette portion de voie pourrait expliquer l'accident.

Les autorités de la région autonome de Galice appellent les personnes à proximité à se rendre à l'hôpital afin de donner leur sang, pour aider les blessés. La consigne a d'ailleurs été particulièrement suivie, puisque les hôpitaux et cliniques ont été pris d'assaut une bonne partie de la nuit.

La compagnie ferroviaire Renfe a attendu un long moment avant de s'exprimer sur Twitter, mettant en place un numéro de téléphone pour les familles et les proches de victimes.

Mariano Rajoy attendu sur place

La ville de Saint-Jacques-de-Compostelle s'apprêtait à célébrer cette nuit "el Dia de Galicia", la fête régionale de la Galice, un moment attendu par des milliers de personnes. Les célébrations prévues ont été annulées. Saint-Jacques-de-Compostelle est également la ville de naissance de Mariano Rajoy. Le chef du gouvernement a réagi dans la soirée, sur Twitter.

("Je voudrais exprimer mon affection et ma solidarité avec les victimes du terrible accident de train à Saint-Jacques. MR ")

Le chef du gouvernement est attendu jeudi sur place, après avoir passé une partie de la nuit à évoquer la situation au cours d'une réunion de crise en compagnie du ministre de l'Intérieur et du ministre des Transports.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.