Cet article date de plus de douze ans.

Au moins 350 morts dans l’incendie d’une prison au Honduras

Plusieurs centaines de détenus ont péri la nuit dernière dans l’incendie d’une ferme-prison au Honduras. Les causes du sinistre restent inconnues.
Article rédigé par Alexandre Chassignon
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Franceinfo (Franceinfo)

Les autorités en sont
encore aux approximations. Selon le commissaire hondurien pour les Droits de
l'homme, 357 prisonniers manquent à l'appel. Mais "ça ne signifie pas
qu'ils sont tous morts
", car certains peuvent figurer parmi les blessés
ou s'être échappés.

Cette ferme pénitentiaire
implantée à 90 km au nord de la capitale hébergeait presque 900 détenus, le
double de sa capacité. Le feu pourrait
venir d’un court-circuit ou d'un détenu ayant mis le feu à un matelas. Les pompiers ont mis trois à le maîtriser.

La prison
de Comayagua était considérée comme un modèle. Les détenus y élevaient des volailles
et des porcs, cultivaient des haricots et du maïs.

Des couloirs jonchés de
cadavres

"Ils
sont morts embrasés, ils se jetaient dans les douches et les éviers
", raconte
un survivant. Des photos montrent des corps carbonisés allongés pêle-mêle dans
les couloirs noircis par les flammes.

Après la lecture de la liste des
survivants, un mouvement de foule a conduit un groupe d'environ 300 hommes,
femmes et enfants à forcer les grilles du pénitencier pour obtenir des
informations sur leurs proches. Les forces de l'ordre ont du tirer en l’air
pour ramener le calme.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.