Une protéine humaine extraite du riz par des scientifiques

Sa production pourrait permettre de combler la demande annuelle mondiale d'albumine humaine, qui permet de soigner la cirrhose du foie ou de fabriquer des vaccins.

Différents types de riz disposés sur une feuille de bananier.
Différents types de riz disposés sur une feuille de bananier. ((NICO TONDINI / GETTY IMAGES))

De l'albumine humaine, une protéine du sang, prélevée de grains de riz génétiquement modifié : c'est la prouesse qu'ont réussie des chercheurs d'une université chinoise. Cette découverte pourrait ouvrir la voie à la production d'albumine humaine synthétique, ont indiqué les scientifiques dans leur étude parue lundi 31 octobre dans la revue américaine Proceedings of the National Academy of Sciences.

• Comment les scientifiques ont-ils procédé ?

Pour recomposer la protéine, les chercheurs ont d'abord génétiquement manipulé des graines de riz afin qu'elles produisent des quantités élevées d'albumine. Ils ont ensuite réussi à séparer la protéine du reste de la graine. Ce procédé leur a permis d'extraire 2,75 g d'albumine par kilo de riz.

Au cours de la phase de test, ils se sont servi d'albumine ainsi extraite pour traiter des rats atteints de cirrhose du foie. L'albumine humaine est fréquemment utilisée pour soigner les personnes souffrant de cette maladie. Les résultats de l'expérience à laquelle les rongeurs ont été soumis se sont avérés similaires à ceux produits chez l'homme.

• Que peut apporter cette découverte ?

Les scientifiques assurent qu'une production à grande échelle d'albumine à partir de riz "peut aider à répondre à la demande mondiale croissante", notamment celle de la Chine, qui a fait face à de graves pénuries ces dernières années. La demande annuelle est de 500 tonnes à travers le monde. 

Pour l'heure, l'albumine humaine est exclusivement tirée de dons de sang. La protéine entre aussi bien dans la composition de vaccins que dans le traitement de brûlures graves.

De plus amples recherches sont encore nécessaires pour évaluer les effets de la protéine extraite du riz sur l'environnement, les animaux et l'homme. C'est seulement après qu'une mise sur le marché sera envisagée.