Un candidat par circonscription, 100% de participation : les Nord-coréens ont voté

Cet exercice, loin des pratiques démocratiques, permet aux autorités nord-coréennes de recenser les défections à l'étranger.

Des Nord-Coréens dansent à l\'occasion des élections parlementaires, dimanche 9 mars 2014, à Pyongyang.
Des Nord-Coréens dansent à l'occasion des élections parlementaires, dimanche 9 mars 2014, à Pyongyang. (KYODO / REUTERS )

Le taux de participation frôle les 100%. Les Nord-Coréens ont quasiment tous voté dimanche 9 mars, pour les élections parlementaires, première élection de l'Assemblée suprême du peuple depuis l'arrivée au pouvoir de Kim Jong-Un après la mort de son père Kim Jong-Il en décembre 2011.

Les résultats seront sans surprise. Et pour cause : dans chacune des 687 circonscriptions, un seul candidat est autorisé à se présenter, désigné par le parti unique. Les électeurs n'ont qu'à choisir entre "oui" et "non" sur le bulletin de vote. Cet exercice, loin des pratiques démocratiques, permet aux autorités nord-coréennes de recenser les défections à l'étranger.

Un moyen de recenser la population 

 

 Via l'agence de presse d'Etat KNCA, les autorités ont ainsi annoncé que tous les électeurs avaient voté, à l'exception de ceux qui se trouvaient à l'étranger. Comment en sont-ils surs ? C'est simple : les personnes malades ou infirmes votent à domicile, où une urne est apportée. 

"A n'importe quel autre moment dans l'année, les proches de personnes manquantes peuvent s'en sortir en mentant ou en soudoyant les agents de surveillance, en disant que la personne qu'ils recherchent travaille dans un autre district", explique New Focus International, un site animé par des réfugiés nord-coréens au Sud.

Pour les observateurs étrangers, cet étrange vote permet de découvrir, via la liste des candidats, qui bénéficie des grâces et disgrâces au sein du régime après la purge ordonnée l'an dernier par Kim Jong-Un. Comme son père avant lui, ce dernier s'est présenté dans la circonscription numéro 111, celle du Mont Paektu. Où il a été élu, évidemment.