Thaïlande: Maha Vajiralongkorn, prince héritier et playboy à scandale

Maha Vajiralongkorn est appelé à diriger un pays de plus de 67 millions d’habitants, grand comme la France. Prince héritier de Thaïlande, il est destiné à remplacer son père, le roi Rama IX de Thaïlande. Une succession loin d'être évidente.

Le prince héritier, Maha Vajiralongkorn, lors d\'une cérémonie officielle, le 11 mai 2005 à Bangkok. 
Le prince héritier, Maha Vajiralongkorn, lors d'une cérémonie officielle, le 11 mai 2005 à Bangkok.  (PORNCHAI KITTIWONGSAKUL/AFPSTR / AFP)
 
Tout semble opposer le prince Vajiralongkorn, ancien pilote de chasse, au roi Rama IX, ultra populaire et vénéré tel un demi-dieu par les Thaïlandais. A la tête du pays depuis 1950, il est le monarque qui détient le record du plus long règne au monde. Le 20 juillet 2016, une photo volée de son fils a de nouveau défrayé la chronique, même si aucun média local n’a ébruité l’affaire. Certains médias étrangers sont tout aussi prudents.

Sur le tarmac de l’aéroport de Munich, ville où il réside le plus souvent, on le voit en tenue peu seyante pour un homme appelé à devenir monarque. Sandales aux pieds, jean taille basse et crop top laissant dévoiler son nombril et ses nombreux tatouages. C'est dans cet accoutrement que le prince s'apprête à prendre place à bord de son Boeing personnel.
Si Vajiralongkorn est l'héritier désigné, nombre d’observateurs indiquent que le successeur inquiète beaucoup en Thaïlande. D'autant que Rama IX est hospitalisé depuis plus d'un an et demi pour des problèmes neurologiques et cardiaques.

Crime de lèse-majesté
De manière générale, enThaïlande, on ne transige pas avec l’image du monarque. Il est perçu comme le véritable garant de l'unité d’un pays habitué aux coups d’Etat et à la vie politique instable. Le crime de lèse-majesté est toujours d’actualité. Il est interdit d’insulter, d’offenser, de critiquer ou même d’aborder le sujet de la monarchie. Le roi tient une place particulière dans la vie politique thaïlandaise et dans le cœur de ses sujets. Mais la personnalité de son successeur soulève des interrogations.
 
En novembre 2009, une vidéo volée dévoilait le royal héritier fumant une pipe, au côté de son épouse de l'époque largement dévêtue, donnant un gâteau à leur chien Foo Foo. Lequel a, par ailleurs,été élevé en 2011 au rang de «maréchal en chef» de l’armée de l’air royale !

Présenté comme un jetsetteur et un playboy, le prince, âgé de 63 ans, a divorcé de ses trois femmes et a six enfants. Sa dernière épouse, la princesse Sirasmi, avait été répudiée. Motif : sa famille était soupçonnée de corruption.


Division familiale et échiquier politique
Beaucoup pensent que l'affaire de Munich pourrait sonner la fin des espoirs de ​Vajiralongkorn. Sa réputation et son image sulfureuse poussent certains à voir en Sirindhorn une héritière plus à même d’occuper le trône. Préférée du roi Rama IX, la sœur cadette du prince a une image plus lisse et s’investit dans des œuvres caritatives. L'ancien pilote de chasse est, lui, le préféré de la reine. Mais pour l'instant, rien ne semble mener à la piste d'un changement de successeur. Ces divisions familiales, mises au jour par des câbles diplomatiques américains dévoilés sur le site Wikileaks, semblent avoir un écho dans la politique thaïlandaise.

Au premier plan, le roi Rama IX, considéré comme un demi-dieu en Thaïlande. Au second plan son fils, Maha Vajiralongkorn, le 6 avril 2006 à Bangkok. 
Au premier plan, le roi Rama IX, considéré comme un demi-dieu en Thaïlande. Au second plan son fils, Maha Vajiralongkorn, le 6 avril 2006 à Bangkok.  (STR / AFP)
 
Jusqu'ici, le prince héritier a les faveurs de la «Garde de la reine». Ces militaires, issus du 21e régiment d’infanterie, sont des proches du général Prayuth Chan-ocha, lui-même issu de cette unité. Et d’aucuns affirment que le général, à la tête du pays depuis le coup d’Etat militaire de 2014, veut asseoir l’autorité du prince pour conforter la sienne.

Historiquement, l’armée s’est toujours alliée à la monarchie pour «affaiblir» les gouvernements civils. L’identité du successeur semble certaine. Reste à connaître la date d’accession au trône du prince héritier. Mais d'ici là, Vajiralongkorn devra redorer son image et gagner la confiance des Thaïlandais.