Cet article date de plus de dix ans.

Sept membres d'une ONG abattus au Pakistan

Ils étaient impliqués dans une campagne de vaccination contre la poliomyélite.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des femmes pleurent un membre d'une ONG pakistanaise impliqué dans une campagne contre la poliomyélite et tué, à Swabi (Pakistan), le 1er janvier 2013. (A. MAJEED / AFP)

Sept membres d'une ONG pakistanaise ont été tués, mardi 1er janvier, par des hommes armés, affirment les autorités. Ces personnes étaient impliquées dans une campagne de vaccination contre la poliomyélite. Il s'agit de six femmes et un homme, précise le chef de la police locale. Cinq des six femmes étaient des enseignantes, la sixième une infirmière. L'homme, âgé de 52 ans, était employé médical. Les femmes avaient entre 20 et 35 ans, d'après les policiers.

Le drame est survenu dans le district de Swabi, à environ 65 kilomètres d'Islamabad, la capitale. Les victimes travaillaient dans un centre nommé Ujala ("Lumière" en ourdou) qui dispense notamment des cours d'éducation sur la santé.

Méfiance à l'égard de la vaccination 

Cette attaque qui a visé des personnes chargées de la vaccination en vue d'éradiquer la poliomyélite au Pakistan n'est pas une première. Neuf personnes ont ainsi été tuées, il y a près de deux semaines, lors d'attaques ciblées dans le nord-ouest et à Karachi, la mégalopole du Sud. Les talibans pakistanais ont fait état de leur opposition à la vaccination sans toutefois plaider en faveur du meurtre des employés ou des bénévoles impliqués dans cette campagne.

La méfiance à l'égard de la vaccination a décuplé dans le nord du Pakistan depuis "l'affaire Shakeel Afridi", un médecin condamné à 33 ans de prison pour avoir participé à une fausse campagne de vaccination contre l'hépatite organisée par la CIA en 2011 qui voulait s'assurer de la présence d'Oussama Ben Laden à Abbottabad (nord-ouest), là où il a été tué le 2 mai 2011.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Asie-Pacifique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.